Gambie: Yahya Jammeh accusé d’avoir fait «découper en morceaux» deux hommes d’affaires

D’anciens membres des «junglers», considérés comme l’équivalent des Escadrons de la mort en Gambie, ont accusé ce jeudi l’ex-président Yahya Jammeh d’avoir ordonné le meurtre de deux Américano-zambiens en 2013, après avoir avoué ceux d’un célèbre journaliste et de dizaines de migrants plus tôt dans la semaine.

Depuis lundi, les habitants de ce petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest pratiquement enclavé dans le Sénégal, suivent en direct et sont tenus en haleine par les auditions de trois ex-junglers, Malick Jatta, Omar Jallow et Amadou Badjie, devant la Commission vérité et réconciliation (TRRC).

Lors de la dernière journée d’interrogatoires de la semaine devant la TRRC, qui reprendra ses travaux le 5 août, le sergent-chef Amadou Badjie a affirmé que le chef de l’État leur avait ordonné en juin 2013 de « découper en morceaux » Alhajie Ceesay et Ebou Jobe, deux hommes d’affaires américano-gambiens qu’il soupçonnait de préparer un coup d’État.

Les deux hommes ont été arrêtés et conduits à la résidence du président, dans son village de Kanilai, puis emmenés au fond de son immense jardin où ils ont été étouffés puis décapités et enterrés, selon Amadou Badjie, qui a participé à l’opération. « Nous étions l’équipe de choc de Yahya Jammeh, nous avions une confiance aveugle en lui », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus