Bénin: un coiffeur en prison pour vente de cheveux de ses clients

L’enrichissement illicite passe par plusieurs canaux. Des coiffeurs entrent en jeu et vendent les cheveux de leurs clients aux cybercriminels. Pour l’avoir fait, un apprenti est coffré pour 48 mois et son patron libéré au bénéfice de doute au tribunal d’Abomey-Calavi.

Le site Boulevard des infos, dans une publication, a fait mention d’un cas peu ordinaire. Les cybercriminels communément appelés gaymen rivalisent d’ingéniosité pour s’enrichir. Autrefois connus pour les rituels de sang humain, ils ont changé de fusil d’épaule. Ils ne soupirent plus derrière le précieux liquide. Ce qui les intéresse dorénavant n’est rien d’autre que les coupures de cheveux humains. En réalité, ces criminels, pour étancher la soif de leur divinité afin de s’enrichir, se mettent en connivence avec certains coiffeurs de la place. Le dernier cas qui a fait mouche est celui de la commune d’Abomey-Calavi.

En effet, il s’agit d’un jeune apprenti coiffeur qui a pour habitude de servir ses clients spéciaux en cheveux. Après les rituels, les victimes trépassent sans aucun malaise auparavant. Le lundi 22 juillet, le tribunal de première instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi, après avoir délibéré contradictoirement et publiquement, a condamné l’apprenti en question à 48 mois de prison ferme. Son patron, ayant plaidé non coupable, puisque n’étant au courant de l’affaire, a été relaxé au bénéfice de doute.

Il convient de dire que plusieurs personnes dont les parents auraient été victimes de ces rituels avaient envahi la salle d’audience pour témoigner. Vigilance donc dans les salons de coiffure.

2 commentaires
  1. Ghys dit

    Décidément hein. On aura tout vu sous ce soleil. A qui encore peut-on faire confiance??

  2. Ledoux dit

    Alors quand l’on ira se coiffer, après la coiffure tu ramasses tes cheveux sans avoir honte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus