Bénin: sept ans de réclusion criminelle pour Moussa Dicko

Le tribunal de première instance de première classe de Parakou poursuit ses assises criminelles. Dans la journée du mardi 30 juillet, un accusé en tôle depuis 2015 a connu le sort qui lui est réservé. Il est retourné en prison pour purger le reste de sa peine.

Les faits remontent au 11 avril 2015. Moussa Dicko, à la suite d’une altercation entre Ibrahim Imorou et lui, a voulu se rendre justice. Sur place, les témoins de la scène sont arrivés à les séparer. Mais le mercure étant monté chez Moussa Dicko il est revenu sur les lieux muni d’une machette. N’eut été la vigilance de ceux qui étaient présents sur les lieux, il allait décapiter son vis-à-vis. Il a quand même réussi à lui asséner un coup de machette à son adversaire

Interpellé puis gardé en prison depuis quatre ans, l’accusé a reconnu les faits sur toute la ligne. Toutefois, il nuance que c’est le diable qui l’a animé. Sinon, confesse-t-il, il n’a jamais eu l’intention de donner la mort à son fournisseur de café. Le ministère public représenté par Me Robert Tito, après avoir fait la morale à l’accusé, a requis une peine de sept ans de réclusion criminelle contre Moussa Dicko avec destruction de la machette. Ce que la défense n’a pas digéré en demandant que son client mérite mieux. Le président du Céans, Lionel Dossou Nouatin, en vertu des articles 2, 295 à 298 et 302 du code pénal, a confirmé la réquisition du ministère public pour tentative d’assassinat.

En geôle depuis 2015, Moussa Dicko aura à passer encore trois bonnes années sauf une grâce présidentielle avant de regagner sa famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus