Bénin – Le certificat de conformité: une pièce toujours utile pour les partis politiques?

Le parti des Forces cauris pour un Bénin émergent n’est toujours pas sorti de l’auberge dans sa détermination à retirer son certificat de conformité. Les démarches entreprises depuis quelques jours restent toujours infructueuses. Mais après les dernières élections, cette pièce est-elle toujours indispensable?

Le parti politique de l’ancien président Thomas Boni Yayi n’est pas au bout de sa peine dans la procédure d’obtention du fameux document qui devait consacrer son existence légal. Document principal ayant conduit à son exclusion des élections législatives du dimanche 28 Avril 2019, son obtention après même les élections législatives n’est pas chose aisée.

Bénin: les FCBE toujours dans l’expectative de leur certificat de conformité

En effet, selon une information proche du bureau politique de cette formation politique, des démarches entreprises depuis un moment auprès du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique pour obtenir le fameux document reste inopérantes. Pourtant, le chef de l’Etat, le président Patrice Talon avait rassuré les formations politiques se trouvant dans des difficultés pour retirer le certificat qu’il donnera des instructions à son ministre de l’intérieur pour que diligence soit faite afin que chacun puisse entrer en possession de ce document. Mais du jour de cette promesse à ce jour, l’eau a coulé sous le pont.

Le certificat de conformité, une pièce toujours indispensables? 

Depuis les dernières élections législatives qui s’est soldées par une crise politique profonde, l’idée de faire une relecture des textes ayant conduit à la crise s’est invitée dans les débats. C’est le chef de l’Etat, le président Patrice Talon qui a annoncé les couleurs. Lors de son dernier message à la nation, il a posé la question de l’éventualité de la relecture des lois qui posent problème. Il a d’ailleurs suggéré aux députés installés pour le compte de la 8è législature de faire de cette relecture l’une des priorités de leur mandature.

Le doyen d’âge de l’Assemblée Nationale, l’honorable  Wallis Zoumarou lors de l’installation du bureau de la huitième législature a émis également le vœu de voir les textes à polémiques faire l’objet de l’attention de la présente législature. Un engagement que le président Louis Vlavonou a d’ailleurs pris le jour de son investiture. Il va alors sans dire que les nœuds gordiens qui ont conduit à l’exclusion de certains partis seront d’ici peu levés faisant certainement du certificat de conformité une pièce obsolète. C’est peut-être aussi cela qui justifie le peu d’intérêt accordé aux responsables des fcbe en démarche pour le retrait du fameux document.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus