Rejeté par Donald Trump, le géant chinois Huawei signe un accord avec l’Union africaine

Pendant que la guerre continue entre les États-Unis et le géant groupe de Shenzhen pour des soupçons d’espionnage, l’Union africaine a signé avec Huawei un protocole d’accord visant à renforcer leur coopération en matière de technologies de l’information et de la communication.

L’Union africaine (UA) a signé avec Huawei un protocole d’accord visant à renforcer leur coopération en matière de technologies de l’information et de la communication, a annoncé vendredi le géant chinois des télécoms.

« L’objectif principal du protocole d’accord est de renforcer leur partenariat dans les 5 domaines suivants: le haut débit, l’Internet des Objets (IoT), le Cloud Computing, la 5G et l’intelligence artificielle », a indiqué Huawei dans un communiqué.

Cette annonce intervient alors que Huawei est au cœur de la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine. La compagnie a été placée courant mai par Washington sur une liste d’entreprises suspectes auxquelles les entités américaines ne peuvent vendre d’équipements technologiques.

L’administration Trump soupçonne le groupe de Shenzhen d’espionnage au profit de Pékin. La Chine a répliqué vendredi en annonçant la création de sa propre liste noire d’entreprises étrangères « non fiables ». L’accord conclu entre Huawei et l’UA fait suite à un précédent protocole d’accord signé en février 2015.

« Cette collaboration témoigne de la confiance continue de l’Union africaine envers Huawei », s’est félicité Philippe Wang, vice-président du groupe chinois pour l’Afrique du Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus