gaetane

Rapport IGM: l’artiste Vincent Ahéhéhinnou conteste les faits portés à sa charge

A la suite du conseil des ministres du mercredi 29 mai 2019 évoquant le détournement des frais de missions et TVA dans certains ministères, un rapport circule depuis peu et indique des irrégularités financières à la charge de certaines personnes. Parmi celles-ci se trouve, l’artiste Vincent Ahéhéhinnou qui selon le rapport des Inspections générales des ministères (IGM) a perçu 20 millions du Fonds des Arts et de la Culture (FAC) pour un projet qui n’aurait jamais été réalisé.

La réaction de Vincent Ahéhéhinnou ne s’est pas fait attendre dans ce dossier. Dans une interview accordée à Banouto, l’artiste a rejeté en bloc les accusations portées contre sa personne. « C’est une fausse nouvelle. C’est un dossier qui date de 2014 pour lequel la comptabilité du FAC m’avait appelé pour un complément de justification de quatre millions, en fait j’avais tout justifié; mais il avait perdu un feuillet. Je leur ai reproduit le justificatif », a-t-il expliqué.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Bénin – Rapport 2018 des IG: plus d’un milliard de frais de missions et de TVA détournés dans des ministères[/su_heading]

L’artiste se dit très surpris qu’en 2019 son nom se retrouve dans un rapport pour des faits qu’il avait déjà justifiés à plusieurs reprises. « Je suis allé à l’IGM, j’ai montré les justificatifs et ils m’ont demandé de les remettre au Fonds. Ce que j’avais déjà fait. Ils ont alors rappelé le Fonds qui a confirmé que j’ai déjà justifié mon financement. Ça été réglé et on m’a octroyé un autre financement en 2015. Je ne sais pas, par quelle alchimie ce dossier est ressorti et on dit que je dois 20 millions » , s’interroge-t-il.

Que dit le rapport des IGM sur le FAC?

Selon le rapport des inspecteurs, Quatre vingt trois millions (83 000 000) de francs CFA seraient empochés par huit acteurs culturels pour des projets qu’ils ont soumis à ladite direction de soutien aux œuvres culturelles. Mais malheureusement, à en croire les inspecteurs, ces derniers, après avoir encaissé lesdits fonds, n’ont jamais réalisé les différents projets qu’ils ont soumis auparavant. Ces derniers ont contesté les faits rapportés par les inspecteurs et promettent de saisir les juridictions compétentes pour laver leur honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus