La réaction des Etat-Unis après la suspension du Soudan par l’Union Africaine

Le département d’État américain s’est félicité de la décision de l’Union africaine pour la paix et la sécurité de suspendre l’adhésion du Soudan à l’UA et a annoncé des contacts avec les Émirats arabes unis pour soutenir les efforts déployés en vue d’une solution politique au Soudan.

“J’applaudis l’Union africaine pour avoir envoyé ce message fort aux forces de sécurité soudanaises pour le massacre de civils innocents et pour avoir exigé le transfert du pouvoir à un gouvernement dirigé par des civils”, a déclaré Tibor Nagy, haut diplomate américain pour l’Afrique, dans un Tweet jeudi. Il a en outre réitéré le soutien de son pays aux efforts de l’UA pour mettre fin à la crise soudanaise.

Lors d’une réunion tenue jeudi, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a décidé de suspendre la participation du Soudan à toutes les activités de l’UA jusqu’à la mise en place effective d’une autorité de transition dirigée par des civils.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Le Soudan exclu momentanément de l’Union Africaine[/su_heading]

Morgan Ortagus, porte-parole du département d’État chargé du Développement, a déclaré que le sous-secrétaire d’État aux Affaires politiques, David Hale, avait discuté mercredi avec le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Anwar Gargash, de la situation au Soudan et des efforts déployés pour soutenir une solution politique. “Le sous-secrétaire Hale a souligné l’importance d’une transition vers un gouvernement dirigé par des civils, conformément aux souhaits du peuple soudanais”, a ajouté M. Ortagus.

Mardi, Hale a lancé un appel similaire au vice-ministre saoudien de la Défense, Khalid bin Salman, au sujet de la répression brutale des manifestants soudanais par les miliciens du conseil militaire au pouvoir le 3 juin, et a appelé Riyad à soutenir le transfert du pouvoir aux civils.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Soudan: des femmes «forcées de boire des eaux usées»[/su_heading]

Les deux pays du Golfe ont déjà appelé à un dialogue au Soudan pour préserver sa sécurité et sa stabilité. L’administration de Trump est sous la pression des législateurs pour faire pression sur l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pour qu’ils n’interfèrent pas dans les affaires intérieures du Soudan et pour encourager l’armée à transférer le pouvoir à un gouvernement civil. Les observateurs estiment que Trump pourrait être tenu responsable des politiques de l’Arabie saoudite et des Emirats Arabes Unis dans la région, car il est le principal soutien des deux pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus