Boni Yayi: Wanep-Bénin demande la suspension des mesures restrictives de ses libertés

Le Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix au Bénin (Wanep-Bénin) ne reste pas indifférent aux violences enregistrées à Tchaourou et à Savè. Dans une déclaration rendue publique par le Président de son Conseil d’Administration, Wanep-Bénin s’est inquiété du niveau de violence dans les manifestations et répressions depuis les élections législatives controversées du 28 avril 2019. Pour le retour de la paix, le Réseau propose des solutions dont la suspension des mesures restrictives des libertés de l’ex-chef d’Etat Boni Yayi.

La situation socio-politique du Bénin est de plus en plus tendue. C’est le constat fait par Wanep à travers les derniers événements marqués par de violentes manifestations à Tchaourou et à Savè. Le Réseau se dit “Scandalisé par ce ‘’cercle de feu et de violence’’ qui a désormais infecté notre vivre ensemble et qui étend progressivement ses tentacules, le réseau WANEP alerte l’opinion nationale, régionale et internationale sur le risque, de plus en plus accru, de régionalisation de la crise que vit le Bénin”.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Législatives 2019: Wanep-Bénin invite à la sauvegarde de la paix[/su_heading]

S’inscrivant dans un contexte ouest africain où la lutte contre la menace extrémiste est une priorité majeure pour les Etats, Wanep-Bénin estime que la force publique devrait laisser place à des solutions politiques pour éviter un abîme certain. Afin de ne pas continuer à évaluer des dégâts, à compter des morts et des blessés de part et d’autre, WANEP-Bénin invite :

  • le Gouvernement, les forces de sécurité et la justice à surseoir aux mesures de restriction des libertés du Président Thomas Boni Yayi avant qu’il ne soit trop tard pour la paix relative au Bénin ;
  • le Président Patrice Talon, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, garant de la sacralité de la vie humaine, de la Paix et de l’unité nationale à privilégier des actes d’apaisement à l’endroit des populations qui l’identifient déjà comme l’un des principaux instigateurs de tout ce qu’elles subissent ;
  • les acteurs politiques de tout bord à se concerter enfin et à se concentrer sur la recherche de solutions politiques immédiates afin d’éviter à notre pays d’autres escalades dans ce cycle incontrôlable de violences dont les séquelles nous hanteront plusieurs années encore ;
  • le peuple béninois tout entier et ses forces vives à retrouver cette voie de la non-violence qui nous caractérisait.
4 commentaires
  1. Mès dit

    Il est temps que les uns et les autres sachent raisons garder. Le Bénin est un et indivisible et a besoin de tous ses fils pour sa construction. Paix abondante sur le Bénin.

  2. sultan aziz dit

    je suis…contre toute main tendue..de..666 (qui une autre face de ruse)…

    Je suis contre..une médiation de personne..

    Je suis contre..la levée des restrictions de yayi et d’autres personnes…

    Je souhaite…que ce clan de mal..faiteurs..aillent jusqu’ua bout..de leur dessein fineste…qu’ils accomplissent leur forfait…

    Car en effet….je suis sur et certain…qu’ils perdront…d’ici peu de temps

    juste..on bloque…une voie..cotonou niamez…et vous voyez les pertes…!!!!

    tout le port de cotonou,les ports sec..ou humide..ou désert..leurs usines…seront tous en faillite…avec le blocage…de toutes les voies du benin…juste pour….10jours

  3. Lucas dit

    La presidente de WANEP Marlyse Ahanhanzo Glèle est dans son rôle en defendant les causes de yayi car elle ne trouve pas de l’argent chez Talon comme chez son mentor yayi sur ce , ces propos ne m’étonne point.

    1. Voltaire dit

      Toi tu es tombé sur la tête ou quoi. Tu penses que tu seras épargné quand ça va péter. Je demande quand est ce que le béninois est devenu sauvage comme ça. Vous représentez une honte pour le benin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus