Bénin: après la main tendue de Patrice Talon qu’attend-on pour aller au dialogue ?

A la faveur de son dernier message à la nation, le président Patrice Talon a promis convoquer toute la classe politique pour des échanges directs, francs et constructifs au profit du Bénin. Mais depuis cette annonce, l’eau a coulé sous le pont.

Depuis l’installation des députés de la huitième législature, le Bénin qui a traversé des moments de violences est entré dans une période de paix apparente. Cette paix trompeuse ne signifie pas absence de crise dans un pays où les dernières législatives ont réussi à diviser les populations.

Conscient de l’existence de la crise, le chef de l’Etat lors de son dernier message adressé au peuple béninois a promis initier des échanges avec les acteurs politiques pour calmer les tensions. Mais depuis cette annonce, c’est le calme plat qui  s’en suit. Aucun indice d’une quelconque préparation d’un dialogue pouvant faire revenir la paix dans les cœurs. Qu’attend-on réellement pour aller aux échanges?

Qu’est ce qui pourrait justifier le retard dans le dialogue annoncé?

Au lendemain de l’adresse du président Patrice Talon, plusieurs partis politiques ont saisi la main tendue du chef de l’Etat et ont garanti leur participation à cet échange. C’est le cas par exemple du parti des forces cauris pour le développement du Bénin de Soumanou Toléba et celui de l’ union pour le développement d’un Bénin nouveau (UDBN) de l’honorable Claudine Prudencio. Certains partis de l’opposition radicale au pouvoir du président Patrice Talon comme le parti des Forces Cauris pour un Bénin Émergent, du parti Restaurer l’Espoir et celui de l’union sociale libérale posent par contre des conditions pour participer aux échanges.

Par ailleurs, la conférence épiscopale du Bénin a offert sa disponibilité pour jouer le rôle de médiateur de la paix dans la conduite du dialogue. Presque tout semble donc réuni pour que la promesse du chef de l’Etat se matérialise. Mais dans la pratique, rien ne présage la tenue de ces échanges. Des difficultés apparentes dans l’organisation qui pourraient justifier ce retard.

  • Le format à choisir: le choix du format a adopté pour le dialogue semble déjà être une première difficulté. L’option de l’opposition est une assise nationale qui conduira à de nouvelles normes sociales au delà du cadre juridique existant. Une option difficile à accepter pour le pouvoir du président Patrice Talon.
  • La sincérité des échanges: la deuxième difficulté est liée aux terminologies employées par le chef de l’Etat: “des échanges directs, francs et constructifs au profit de notre bien commun“. La crise de confiance entre les acteurs politiques constituent aussi des difficultés à ce dialogue. Pour l’opposition radicale, le président Talon n’est pas un homme d’écoute et on ne peut pas lui faire confiance.
  • Les préalables exigés par l’opposition: dans cette crise de confiance, une partie au dialogue, notamment l’opposition exige des garantis de bonne foi du chef de l’Etat qui n’inspire plus à leurs yeux confiance. Les dernières audiences accordées au président Nicéphore Soglo qui a reçu la promesse d’une amnistie générale aux exilés politiques est sans doute encore vivace dans leurs esprits.
  • Des actes qui ne rassurent pas: la dernière tentative d’arrestation de l’ancien ministre de l’économie et des finances, Komi Koutché alors que la promesse d’un dialogue est en instance et le prolongement de l’état de siège du domicile de l’ancien président Yayi Boni, ne constitue pas des actes propice à la création d’une atmosphère favorable aux échanges.

Le gouvernement et son chef ont donc une grande responsabilité pour rassurer la classe politique appelée à cet échange. Car la paix a toujours été un terreau favorable pour le développement.

3 commentaires
  1. Florian dit

    Si jusqu’à present rien ne se dessine dans le cadre de la main tendue du gouvernement pour le dialogue c’est cette opposition sans conviction, sans methode ni strategie qui est la base de ce retard car le president TALON ne peut forcer qui que ce soit à un dialogue si ce dernier n’a pas la volonté. La belle preuve si vraiment cette opposition circonstancielle voulait la paix dans ce pays, pourquoi exige t-elle des conditions ? Pour moi lorsque le chef de famille convoque une reunion aucune condition ne doit être exigée par qui que ce soit car on ne refuse pas l’appel mais seul ce qui suit l’appel qu’on refuse dit-on. A cet effet Mr le President TALON n’envisagez aucune action pour que le dialogue puisse se tenir car vous êtes prêt si non vous n’allez pas parler de dialogue en tendant la main à cette basse classe politique qui pretend être defenseur de la democratie en oubliant qu’il y a d’autres elections qui se pointent à l’horizon sachant bien que vous n’êtes perdant de rien.

  2. Coovy dit

    Et le socle de la paix est le respect des lois.
    Le peuple ne doit pas distraire son temps et ses ressources pour des gens qui font du dilatoire tout le temps : les exigences des pseudo opposants ressemblent à celles de la période pré-électorale : annulation des élections, l’impunité pour les pilleurs de notre économie qui ont fui le Bénin pour ne pas répondre de leurs forfaits, et pour les auteurs d’actes de vandalisme.
    L’objectif qu’ils visent, sans vergogne, c’est le retour aux actes attentatoires à la démocratie, à un État de non droit et au pillage illimité des maigres ressources du Bénin. Le peuple ne les y aidera pays!

  3. Coovy dit

    Le peuple ne les y aidera pas !, j’écrivais.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus