---Publicité---

Soudan: l’armée veut « rendre le pouvoir aujourd’hui, pas demain », général Hemedti

L’armée soudanaise veut céder le pouvoir à un gouvernement élu démocratiquement le plus rapidement possible après le renversement tumultueux de l’ancien président Omar al-Bashir, a déclaré un général dans un entretien publié mercredi.

“Nous étions fatigués. Nous voulons rendre le pouvoir aujourd’hui, pas demain », a déclaré Mohamed Hamdan Dagalo, vice-président du conseil militaire au pouvoir, au journal officiel égyptien Al Ahram. Le conseil a été bloqué dans des pourparlers avec une alliance de groupes de protestation et d’opposition exigeant un leadership civil pour la création d’un nouvel organe souverain chargé de superviser une transition de trois ans vers la démocratie. Les pourparlers ont été suspendus aux premières heures de mardi, sans nouvelle date fixée pour leur reprise. Mais Dagalo, connu sous le nom de Hemedti et à la tête des forces de soutien rapide (RSF), paramilitaires redoutées au Soudan, a déclaré que l’armée était impatiente de trouver une solution. « Les membres du conseil militaire ne sont pas des hommes politiques et nous attendons la formation du gouvernement », a-t-il déclaré.

--- Publicité---

Le général, qui est devenu le membre le plus en vue du conseil militaire qui a chassé et arrêté Bashir après des mois de manifestations, a ajouté que des procédures judiciaires étaient en cours à l’encontre de l’ancien président arrêté et de certains de ses alliés. « Jusqu’à présent, nous avons arrêté 25 membres du régime et nous préparons les dossiers de leurs accusations », a-t-il déclaré. Mardi, le principal groupe de protestation au Soudan, la Sudanese Professionals Association, a appelé à une grève générale, affirmant que l’armée persistait à vouloir diriger la transition et à conserver une majorité militaire au conseil. Mardi, tard, une vidéo de Dagalo suggérant que les grévistes pourraient perdre leur emploi a été largement diffusée sur les médias sociaux. En réponse, les manifestants ont posté des photos portant des pancartes indiquant «Hemedti, viens me virer!». Certains manifestants ont accusé le RSF de Dagalo d’avoir tiré sur des manifestants la semaine dernière, faisant plusieurs tués et des dizaines d’autres blessés. Toutefois, l’armée a nié ce fait.

---Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus