Nigéria: l’armée subit une lourde perte après une attaque d’insurgés

Des insurgés islamistes ont tué au moins 25 soldats et plusieurs civils dans une embuscade tendue dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué deux sources de la sécurité, selon Reuters.

C’est la deuxième attaque meurtrière contre l’armée cette semaine. Les militants armés ont ouvert le feu alors que les soldats escortaient un groupe d’évacués d’un village de l’État de Borno, où Boko Haram et d’autres militants se battent depuis une décennie. «Ils ont pris en embuscade et encerclé les véhicules des soldats et des civils et ont ouvert le feu sur eux», a déclaré l’une des sources, faisant partie d’un groupe d’autodéfense qui se bat aux côtés de l’armée contre les insurgés. “Ils ont échangé des coups de feu pendant quelques minutes avant que les militants de Boko Haram ne maîtrisent les soldats”, a-t-il ajouté. Le gouvernement nigérian a déclaré que l’insurrection de Boko Haram et le groupe rival de la Province d’Afrique occidentale et de l’État islamique étaient sur le point de prendre fin. Mais les efforts soutenus pour éliminer les terroristes ont échoué et l’armée subit de lourdes pertes.

La guerre a tué plus de 30 000 personnes et déplacé des millions d’autres. Les soldats évacuaient samedi des villages de la région pour mener des opérations contre Boko Haram, ont précisé les sources. L’un d’eux a déclaré que le convoi de civils avait jusqu’à 50 véhicules. L’armée n’a pas fait de commentaire sur l’attaque et la lourde perte subit par ses éléments. Mercredi, la branche d’Afrique occidentale de l’Etat islamique a revendiqué la responsabilité d’un raid au Nigeria dans lequel 20 soldats ont été tués et a diffusé une vidéo prétendant montrer l’exécution de neuf autres soldats nigérians.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus