Mozambique – Trafic illégal de bois protégés : un procureur fait de graves révélations

Le procureur en chef de la province de Tete, dans l’ouest du Mozambique, s’est exprimé sur l’intimidation dont font l’objet les procureurs de la province dans leur lutte contre l’exploitation forestière illégale.

S’exprimant lors d’un séminaire organisée par le Forum national des forêts (FNF), Arsenia Matusse a déclaré que certains procureurs avaient été mutés hors de la province et que d’autres risquaient leur vie en raison de leurs efforts pour protéger les forêts de la province. Elle a dénoncé « l’ingérence politique » à laquelle sont confrontés les procureurs lorsqu’ils tentent de prendre des mesures contre les bûcherons chinois illégaux dans la province. Le nombre d’affaires intentées contre des exploitants illégaux a diminué, l’année dernière, cinq affaires seulement ont été intentées et deux seulement ont été jugées. Personne n’a été reconnu coupable.

Un des arbres qui ne peut pas être légalement exploité est un bois dur portant le nom scientifique pterocarpus tinctorius, connu localement sous le nom de «Nkula». Pourtant, l’espèce est exploitée et exportée par des Chinois qui bénéficient de la protection de la Direction provinciale de la terre, de l’environnement et du développement rural, selon Mme Matusse. La direction a délivré des autorisations que la procureure a qualifiées d’illégales. Elle a demandé sur quoi se fondent les autorisations et a ajouté que les opérateurs chinois soudoyaient les populations locales pour les aider à abattre des arbres en leur offrant de la nourriture, du carburant et même des véhicules pour les aider à abattre les arbres, les « Nkula ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus