---Publicité---

Esclavage: des filles nigérianes vendues à la frontière Burkina Faso-Mali à travers le Bénin

L’Agence nationale du Nigéria pour l’interdiction de la traite des êtres humains (NAPTIP) a révélé que des trafiquants vendent maintenant des filles nigérianes à 350 000 FCFA, soit l’équivalent de 400 000 nairas aux maîtres d’esclaves à la frontière Burkina Faso-Mali. Cette révélation faisait partie du rapport d’une délégation d’enquête au Mali.

Présentant le rapport à la session du Parlement de la CEDEAO à Abuja, vendredi, la directrice générale de la NAPTIP, Julie Okah-Donli, a déclaré que la plupart des victimes de la traite sont amenées à quitter leur moyen de subsistance au Nigeria pour des «pâturages plus verts» à Mali-sia ‘(Malaisie). Elle a déclaré: «À notre arrivée à la ville frontière entre le Burkina Faso et le Mali, nous avons découvert qu’un grand nombre de filles avaient été vendues à 350 000 CFA (400 000 NK); et leurs nouveaux propriétaires les ont alors obligés à rembourser environ 1,8 million de francs CFA (2 millions de nairas), car 1 000 francs CFA équivalent à N600. »

--- Publicité---

Elle a déclaré que son agence avait sauvé 275 filles nigérianes victimes de la traite au Mali, alors que 20 000 environ étaient toujours en servitude dans le pays.

50 filles nigérianes victimes de la traite chaque jour

Mme Okah-Donli a également révélé qu’environ 50 personnes attendaient d’être rapatriées en décembre 2018. «Le chiffre continue d’augmenter avec 50 filles nigérianes victimes de la traite chaque jour. Certaines des victimes ont été enlevées du Nigeria, y compris d’autres qui sont arrivées en uniforme scolaire », a-t-elle déclaré. Elle a également révélé que si certaines filles nigérianes sont principalement victimes de la traite dans les zones minières du sud et du centre du Mali, un grand nombre d’entre elles le sont également dans les zones du nord contrôlées par les rebelles, où elles se radicalisent. «La plupart des mamans obligent les victimes à dormir avec de nombreux hommes sans aucune protection, d’où l’incidence élevée de maladies sexuellement transmissibles et d’autres maux au sein de la communauté des victimes», indique Okah-Donli.

Trafic à partir du Bénin

Elle a déploré une situation dans laquelle les victimes sont traitées comme des « baumes » et moins que des citoyens de deuxième classe par certains Maliens et des agences de maintien de l’ordre. Selon elle, «les autorités maliennes perçoivent chaque semaine des« taxes » sur les victimes et vendent obligatoirement des préservatifs et d’autres médicaments aux victimes tous les mois ». Cette évolution amène les femmes maliennes à se plaindre que les Nigérianes prennent leurs hommes et on craint des attaques xénophobes imminentes.

Elle a révélé qu’entre novembre et décembre 2018, trois filles nigérianes ont été tuées. Okah-Donli a mentionné qu’une femme esclavagiste, qui a 150 filles sous son contrôle, a été appréhendée avec le soutien des autorités maliennes et purge actuellement une peine de trois ans d’emprisonnement. Les trafiquants, a-t-elle déclaré, « n’accompagnent plus leurs victimes au Mali, mais les » envoient  » à partir d’un parc automobile à Cotonou, en République du Bénin, pour les transmettre ensuite au Mali. »  Il va sans dire que des conducteurs béninois ou expatriés et autres individus dans le pays frontalier au Nigéria, sont aussi impliqués dans le trafic sans que les autorités n’en soient informées. S’exprimant sur la durée de l’esclavage, Okah-Donli a révélé: «Les victimes sont généralement en mesure de payer en l’espace de six à huit mois, puis de se lancer en affaires. »

---Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus