gaetane

Bénin – Violences post-électorales: l’ONU revient à la charge et attend des mesures de l’Etat

Le vendredi 17 mai 2019 le Comité de l’ONU contre la torture s’est à nouveau préoccupé des violences post-électorales au Bénin. Après avoir brièvement abordé le sujet au cours de l’examen du rapport du Bénin sur les mesures prises pour la mise en application de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants; le Comité revient sur les violences enregistrées à Cotonou au lendemain de la proclamation des résultats des législatives d’avril 2019.

Le Comité de l’ONU contre la torture s’est inquiété de la répression des manifestations et du climat alimentant des tensions post-électorales au Bénin. C’est pourquoi il demande aux autorités gouvernementales d’apporter des réponses aux différentes allégations faisant état d’usage excessif à la force par les agents de sécurité publique. Le rapport du Comité de l’ONU contre la torture parle en effet d’un recours excessif à la force, y compris des tirs  sur des manifestants. « Cela aurait causé la mort d’au moins deux personnes », indique le rapport. Selon les propos d’Abdelwahab Hani rapportés par ONU Info, le Comité fait du cas du Bénin « une question prioritaire d’une urgence capitale ».

 

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin: le Comité de l’ONU contre la torture se penche sur les violences post-électorales[/su_heading]

 

Au regard de cette urgence, les experts onusiens invitent l’Etat béninois à évaluer la situation à travers des enquêtes impartiales « dans un délai maximum d’un an ». « Parce ce que l’usage excessif de la force contre des manifestants pacifiques n’est pas accepté au regard de la Convention contre la torture », a ajouté M. Hani. Par ailleurs, le Comité souhaite que des « lignes directrices claires sur le recours à la force et aux armes intégrant les principes de légitimité, nécessité, proportionnalité et précaution » soient définies par le Bénin. Il demande également de « rendre les dispositions législatives et réglementaires régissant le recours à la force conformes aux normes internationales, notamment sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les agents de maintien de l’ordre ».

 

1 commentaire
  1. Tossou bitor dit

    Pourvu que ce même comité ait le courage de demander au gouvernement de la République Française des comptes sur la répression des gilets jaunes. Pourvu que ce même comité demande souvent à Donald Trump pourquoi ci, et pourquoi ça !!!!
    Et j’espère que ce comité osera demander à Israël pourquoi il utilise autant de force contre des peuples autour de lui.
    Enfin je serais ravi si ce comité pourrait faire face à Vladimir P

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus