Bénin: vers la levée de siège du domicile de Yayi Boni?

L’ancien président de la République, le président Thomas Boni Yayi assigné à domicile depuis le 1er mai 2019 pourra bientôt recouvrer sa liberté d’aller et de venir après le message du président de la République à la nation. 

Le lundi 20 mai 2019, le président Patrice Talon a adressé à la nation béninoise un message dont l’objectif est d’appeler la classe politique à transcender les difficultés liées aux dernières élections législatives. Dans son adresse, le président de la république après avoir “décrété” la fin des élections législatives a promis engager les jours à venir un dialogue franc avec la classe politique. Cette promesse du chef de l’exécutif si elle était sincère devait être accompagnée dès le lendemain de la levée de siège du domicile du président Boni Yayi, une figure de proue de l’opposition.

Qu’il vous souvienne en effet, que les raisons avancées par le pouvoir à travers son ministre de l’intérieur pour justifier la présence militaire autour du domicile de l’ancien président de la République font cas de supposées velléités du président Thomas Boni à troubler l’ordre public à travers une manifestation qu’il préparerait. Aussi, dans ses prérogatives de garant de l’ordre public, l’état dans une démarche d’anticipation a-t-il pris cette mesure dissuasive.

Vu sous cet angle, la présence des forces de l’ordre autour du domicile de l’ancien président de la république ne se justifie plus d’autant plus que lors de son adresse à la nation, le président Patrice Talon a clairement signifié la fin des élections législatives. Mieux, les députés issus des élections législatives du 28 avril 2019 sont tous installés, le bureau de l’assemblée nationale élu mis en place et les différents organes constitués. Pour être donc pris au sérieux et ne pas donner raison à ceux qui doutent de la sincérité de ses propos, le président de la République doit instruire son ministre de l’intérieur pour le retrait sans délai des forces de l’ordre et engins de guerre qui mettent en état de siège le domicile de l’ancien président Thomas Boni Yayi. Ce ne serait que là le premier acte vers le dégèle de la crise qui paralyse le pays depuis les dernières élections législatives.

3 commentaires
  1. Paysan dit

    Des élucubrations pour justifier la pitance d’un journaleux

  2. Comlan k dit

    Mauvais article, le journaliste s’ennuyait un peu

  3. COOVY dit

    On ne doit pas baisser la garde par rapport à Yayi. Conscient qu’il n’a pas le soutien du peuple et contraint d’appeler de sa retraite, ses maîtres de l’extérieur au secours, il se comporte désormais comme un fauve en cage. Même s’il n’est pas arrêté comme l’ont fortement recommandé les rois et les têtes couronnées, il ne faut plus lui donner l’occasion de semer le deuil dans les familles innocentes du Bénin en faisant miroiter des illusions à des jeunes naïfs et drogués. Car, obnubilé par ses ambitions démentielles, le visage tordu par la haine, il ne se comporte plus comme une personne normale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus