MoovInter

Bénin – Palais des gouverneurs: après l’installation ce que l’UP et le BR ne doivent pas perdre de vue

Le jeudi 16 Mai 2019, les députés élus à l’issu des élections législatives du 28 avril 2019 seront installés. Sur le plan administratif, toutes les dispositions sont en train d’être prises pour permettre la réussite de la cérémonie d’installation. Une fois cette étape passée, les élus de la nation doivent pouvoir entrer dans la fonction de représentant du peuple. Mais est ce que beaucoup ont conscience de la mission et du rôle qu’ils auront à jouer pour le compte du pays? 

--- Publicité---

Tout semble être mis en place pour l’installation des députés de la huitième législature. En effet, les 83 députés élus à l’issue du scrutin du dimanche 28 avril 2019 seront officiellement installés demain Jeudi 16 avril 2019. En prélude à cette installation, ils ont été convoqués le lundi 13 et le mardi 14 mai dernier pour des formalités administratives d’installation. Sur le plan sécuritaire, un impressionnant dispositif militaire est mis en place notamment à Cotonou et à Porto Novo pour parer à toute éventualité de trouble à l’ordre public.

Mais après le cérémonial de demain, le plus dur va commencer pour ces élus de la nation qui ont été désignés dans un contexte politique tendu. La huitième législature est donc dans l’œil du cyclone et doit tout faire pour déjouer les pronostics de la partisanerie. Réussira t’elle ce défi?

Ce qui est attendus des députés de l’UP et du BR: 

Le député ou le représentant du peuple est une personne choisie dans une circonscription électorale à qui des mandants donnent mandat pour les représenter à l’assemblée nationale. En tant que représentant du peuple, le député à d’abord reçu mandat pour défendre les intérêts de ses mandants pour ne pas dire du peuple à travers le vote de lois visant à améliorer son quotidien ou à créer des conditions de son épanouissement. Le député reçoit également de mandants le pouvoir de contrôler l’action de l’exécutif. Vu sous cet angle, le député n’est pas un employé encore moins un appendice du gouvernement.

Ainsi, selon les dispositions de la constitution de 1990, plusieurs missions sont confiées à la représentation nationale. Un député peut donc avoir à remplir les rôles ci-après:

  • Le rôle de législateur exige de lui de comprendre l’esprit des lois, de planifier de nouvelles lois, d’étudier les lois proposées, d’en discuter et d’appuyer ou non leur adoption;
  • Le rôle de représentant du peuple: à ce titre, il peut exprimer ses inquiétudes et ses points de vue en toute indépendance d’esprit, intervenir en faveur de ses mandants et les aider à résoudre des problèmes;
  • Pour finir il a reçu pour mission de contrôler les actions du gouvernement.

Les élus des listes du parti « union progressiste »  et du « bloc républicain » ont alors un rôle à jouer pour inscrire leur nom dans l’annal de l’histoire du pays. Ils doivent garder à l’esprit que la gestion démocratique des affaires d’un pays, requiert la mise en place d’un certain nombre d’institutions dont l’Assemblée Nationale et dont le fonctionnement selon les directives constitutionnelles sont gages du développement harmonieux du pays.

Si donc l’Assemblée Nationale constitue un contre-pouvoir, contre l’arbitraire dont l’Exécutif pourrait se rendre coupable, il n’existe aucune place pour les députés d’appartenir, soit au clan de la mouvance présidentielle soutenant aveuglément toutes les actions du Chef de l’Etat, ou de l’Opposition clouant aveuglément au pilori tous les actes de l’Exécutif. En effet, il s’agit là malheureusement des comportements lacunaires qu’on observent dans la plupart des pays africains subsahariens.

Des perceptions biaisées de la politique qui constituent un tort préjudiciable au progrès dont ces pays ont besoin pour pouvoir s’affirmer de façon indépendante dans leurs prises de décisions aux plans national et international.

La 8è législature doit divorcer de celle de la septième qui a péché par soumission: 

Les députés de la huitième législature qui sont malheureusement tous nés d’un même père géniteur doivent savoir que l’heure a sonné pour qu’ils coupent le cordon ombilical d’avec leur géniteur; un parent dominant pour acquérir leur indépendance. Sans cette mutation, la huitième législature ne reproduira que la prémonition dont elle est accablée avant même sa conception.

Les souvenirs laissés par la législature finissante restent encore douloureux dans les subconscients de beaucoup de béninois et se serait retourner le couteau dans la plaie que la huitième législature ne soit que le prolongement de la septième. Les 83 députés élus le dimanche 28 avril 2019 ont donc un devoir historique devant le peuple béninois. Ils ont le devoir de déjouer tous les pronostics en évitant quoi qu’il leur coûte d’être des caisses de résonance de l’exécutif. Ils doivent prendre conscience que depuis leur élection, leur contrat de devoir de soumission avec l’exécutif ou son chef est révolu, puisque le nouveau est avec le peuple dont ils détiennent leur mandat.

--- Publicité---

2 commentaires
  1. Vérité dit

    Des député de 10% de beninois, ceux sont des elus d’une partie du peuple on ne doit pas les appelé elus du peuple, qu’elle honte pour notre pays. Tout ca a cause d’argent.

  2. Ulysse Badet dit

    Bonjour Béninois Béninoise dans notre cher pays nous œuvrons toujours pour la paix continuions dans cette lancée et pensons à nos familles le Bénin est un pays de Paix et il le restera mettons de l’eau dans notre vin et avançons vive la paix vive le Bénin merci

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus