MoovInter

Bénin: les producteurs de cannes à sucre face aux défis de l’urbanisation

Saccharum officinarum, nom scientifique, d’une variété de la canne à sucre et une plante herbacée vivace de la famille des graminées est cultivé dans huit (8) communes du Bénin. Les cultivateurs de ce produit de rente rivalisent d’ardeur afin d’assurer une production pouvant hisser le pays au rang des nations qui produisent et qui commercialisent la canne à sucre dans le monde. Mais les changements climatiques et surtout l’urbanisation récente de ces communes sapent leurs efforts.

Selon une enquête menée par l’universitaire Parfait C. Alexis Ahohoundo dans le cadre de la réalisation de son mémoire de maîtrise, 79,2% des producteurs de canne à sucre tirent leurs revenus principalement de cette culture. Pour l’heure, au Bénin, sa production est majoritairement destinée à l’alimentation, même si certaines vertus médicinales ont été découvertes. Pour l’ensemble de la période 1985-2016 (les dernières statistiques n’étant pas encore disponibles), le Bénin a enregistré une moyenne annuelle de 37 725,87 tonnes.

---Publicité---

Le changement enregistré entre la première et la dernière année est de 114 %. C’est en 2003 que le pays a enregistré la valeur la plus élevée, soit 75 405 tonnes et c’est en 1986 qu’il (le Bénin ndlr) a enregistré sa valeur la plus basse dans la production de canne à sucre soit 8 080 tonnes. Sur la base des prévisions et considérant les cinq dernières valeurs disponibles, on estime qu’en 2020, la valeur devrait osciller autour de -28 970,96 tonnes. Une telle prévision présente un niveau de fiabilité moyen puisque les variations des cinq dernières valeurs disponibles ont une structure plutôt linéaire, compte tenu des variations importantes (coefficient de corrélation = 0.39).

Dans l’ensemble de la commune de Sèmè-Podji, objet de notre article, la culture de la canne à sucre était en première loge des productions agricoles dans la commune. Jadis, les champs de canne à sucre restaient omniprésents dans le paysage de la commune. Et sur les 3 523 ha de terre cultivée, 1 493 ha étaient consacrés à la canne, soit 42% selon le Plan de développement communal (PDC 2001). Mais cette réalité a été déjà renversée puisqu’au dernier recensement de l’Agence territoriale de développement agricole (ATDA), ancien CADER, la superficie emblavée pour la culture de canne à sucre, données de 2018, est de 215 ha. Une réduction drastique de la superficie qui s’explique par l’urbanisation de la commune qui se situe entre Cotonou (ville vitrine) et Porto-Novo (capitale politique du pays).

Du coup, Sèmè-Podi se positionne comme la cité dortoir pour les travailleurs de ces deux grandes villes. Une tendance qui a été également renversée par la production des produits maraîchers (323,386 ha) durant ces cinq dernières années. Le rendement moyen de la canne à sucre dans la commune de Sèmè-Podji en 2016 est de 38,21 T/ha. Cette culture de la canne à sucre occupe une place non négligeable (13%) dans l’économie de la commune. Et parmi les 317 producteurs de ce produit dans la commune selon le recensement de l’ATDA, une structure de l’Etat au niveau communal, nous avons rencontré Marlène Agossou et Grégoire Gbèmènou.

« Je cultive la canne à sucre depuis que j’ai 22 ans puisque je l’ai hérité de mon père qui l’a, lui aussi, hérité de son papa. Mais aujourd’hui, le rendement n’est plus ce que nous récoltions il y a même dix ans. Le changement climatique, la vente tous azimuts des espaces cultivables désormais utilisés pour habitation et le manque d’accompagnement sont des facteurs qui n’ont malheureusement pas favorisé cette culture de canne à sucre ». Ainsi, s’est exprimé Grégoire Gbèmènou, agriculteur et producteur de canne à sucre dans la commune de Sèmè-Podji. Même avis du côté de Marlène Agossou qui, il y a quelques années, cultivait plus de 5 ha mais aujourd’hui contrainte de ne cultiver que sur 1,2 ha.

Puisque la culture de la canne à sucre dure 1 an environ, voire deux parfois, avant une autre saison, les producteurs profitent de la décrue pour entamer automatiquement les travaux. « Il est certes recommandé que la culture de canne à sucre soit faite dans des zones humides, mais quand l’humidité est trop, le rendement est d’office affecté. D’où la perte d’une bonne quantité de la productivité », a déploré Marlène Agossou faisant allusion à la grande crue de 2010 et celle de 2018. Le taux de pluviométrie dans la zone étant de 1 135 mm par an, cette filière de canne à sucre dispose de cet atout naturel pour impacter positivement l’économie non seulement de la commune mais également du Bénin.

L’engrais chimique, l’autre talon d’Achille

Le faible rendement par hectare observé ces cinq dernières années dans la culture de canne dans la commune de Sèmè-Podji s’explique, suivant les propos de Honorat Fanou, conseiller à la diversification de l’Agence territoriale de développement agricole (ATDA), par l’utilisation abusive des engrais chimiques sur une longue durée. « Quand les producteurs ont réalisé que les terres cultivables sont de plus en plus cédées aux étrangers désireux de s’installer dans la commune, ils ont fait recours à l’utilisation des engrais chimiques pour augmenter la productivité annuelle. Mais malheureusement, une telle utilisation a appauvri les sols et le rendement par hectare est désormais inférieur à celui d’il y a quelques années », se désole le conseiller Honorat Fanou. Et pour pallier au pire, les années à venir, Paul Tovènon, 1er  responsable de l’ATDA de Sèmè-Podji préconise désormais l’utilisation des engrais naturels tels les composts.

« Désormais pour cultiver la canne à sucre sur mes installations, j’achète des fientes pour enrichir la terre. Trois mois après je mets de l’engrais, toujours bio. Ensuite j’engage des mains d’œuvre pour m’aider à redresser les billons afin de permettre aux tiges d’être solides. Ça ne donne pas comme avec les engrais chimiques, mais c’est bio et nous sommes moins exposés, nos terres y compris », témoigne Marlène.

 Les agriculteurs face « aux enjeux du siècle »

« Nous continuons d’utiliser les mêmes outils de travail d’ailleurs rudimentaires et archaïques comme aux temps de nos aïeux. Mais malheureusement, les enjeux actuels n’ont pas été ceux de cette époque », a lancé Grégoire Gbèmènou, producteur de canne à sucre dans la commune de Sèmè-Podji. La technique de production, comme l’a constaté l’équipe de reportage sur le terrain, n’a malheureusement pas changé malgré le temps. Houe, daba, mains d’œuvre humaine (ce qui se fait d’ailleurs rare depuis un temps selon les producteurs) et les mêmes formes de culture. En somme, la mécanisation de l’agriculture est loin d’être une réalité dans ce secteur et surtout dans cette commune.

« Nous avons un groupe de braves hommes cultivateurs qui travaillent dans les champs à tour de rôle pour chaque membre du groupe. Et en plus de cela, nous engageons des ouvriers qui sont payés quotidiennement selon le travail abattu », clarifie Marlène.

Outre ces contraintes culturales, la production de la canne à sucre au Bénin et dans la commune de Sèmè-Podji en particulier est sujette à 10 contraintes biotiques et abiotiques. Les plus importantes sont les attaques des insectes, des rongeurs, la sensibilité aux mauvaises herbes et surtout la sécheresse. Les études actuelles, suivant les propos du laborantin Gansou, n’ont pas encore révélé des maladies contractées par les producteurs mais elles ont tout de même signalé, après examen et analyse des tailles de cannes à sucre que 61,3 % d’un échantillon de 36205 sont infestés soit par la rouille (68,7%), le charbon (16,4%), les stries chlorotiques (9,1%) et par l’échaudure des feuilles (5,8%).

Des enjeux climatiques

Les changements climatiques au Bénin, tout comme dans toute l’Afrique, constituent un enjeu crucial de développement durable. Hormis donc les mêmes techniques culturales et « l’invasion » des populations qui y ont trouvé leur cité dortoir, les aléas climatiques ne favorisent aucunement le bon rendement de la production de la canne à sucre dans la commune de Sèmè-Podji. Le Bénin n’est certes pas un des grands pollueurs de la planète mais fait les frais de cette pollution. Et selon le point focal de la Convention-cadre des nations unies sur les changements climatiques (Ccnucc), Euloge Lima, « il y a toujours de l’incertitude relative aux données utilisées pour réaliser les inventaires de gaz à effet de serre au Bénin ». Ce qui constitue des obstacles récurrents. Et pourtant, le Bénin, face aux enjeux et défis en matière de changement climatique, a ratifié la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, le Protocole de Kyoto et l’Accord de Paris et devrait produire des rapports biennaux sur les enjeux climatiques dans le pays.

« Nos différentes saisons, tant pluvieuses que sèches, ne sont plus respectées. Parfois, une forte quantité d’eau de pluie inonde nos champs de production en une très courte durée, tantôt, la sécheresse, avec un soleil plus ardent et qui dure plus longtemps que les saisons des années antérieures affectant du coup nos différentes productions de canne à sucre », se plaint, à la limite, Marlène Agossou, productrice de canne à sucre dans la commune de Sèmè-Podji.

Se fiant donc aux dernières données statistiques sur les prévisions de la production de canne à sucre en 2020, la production pourrait davantage rabaissée les années qui suivront et ne pourront donc plus permettre au Bénin d’atteindre certains Objectifs de développement durable d’ici 2030. Les différents gouvernements du pays font certes des efforts dans ce sens, mais il urge d’intensifier les actions, au risque de voir la production de la canne à sucre disparaître de la commune de Sèmè-Podji et même dans d’autres régions du pays.

Zoom sur le produit

La canne à sucre est une plante cultivée, appartenant au genre Saccharum (famille des Poaceae ou graminées, sous-famille des Panicoideae), cultivée principalement pour la production du sucre (sucre de canne complet ou non) extrait des tiges (ou chaumes). Historiquement quatre espèces de cannes ont été domestiquées, principalement Saccharum officinarum, mais les cultivars modernes forment un ensemble d’hybrides complexes issus principalement de croisements entre Saccharum officinarum et Saccharum spontaneum, avec des contributions de Saccharum robustum, Saccharum sinense, Saccharum barberi, et de plusieurs genres apparentés tels que Miscanthus, Narenga et Erianthus.

La canne à sucre était jusqu’au début du XIXè siècle, la seule source importante de sucre et représente encore, au XXIè siècle, 70 à 80 % de la production de sucre. Avec un volume annuel de production supérieur à 1,9 milliard de tonnes (matière fraîche), soit environ 570 millions de tonnes (matière sèche), la canne à sucre est l’une des principales plantes cultivées au niveau mondial.

---Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

People

Laeticia Hallyday reçoit le soutien inébranlable de tous ses amis (photos)

Après son hommage à Johnny Hallyday, samedi 15 juin 2019, Laeticia Hallyday s’est affichée avec tous ses amis. Depuis son décès, Johnny Hallyday a laissé un vide dans le cœur de sa veuve Laeticia Hallyday. Lors de son passage en France, ses amis ont…

Monde

«Khan est un désastre»: Donald Trump estime que Londres a besoin d’un nouveau maire

Le président américain Donald Trump s'en est une nouvelle fois pris samedi avec agressivité au maire de Londres…

France – Bac 2019: la menace d’une grève des surveillants crée l’incertitude

La grève des surveillants menace le 1er jour des épreuves du Baccalauréat 2019 en France alors que plus de 740.000…

Maroc: 27e Assemblée régionale Afrique de l’Assemblée parlementaire de la francophonie

Le Parlement marocain a abrité, du 14 au 15 juin 2019 à Rabat, les travaux de la XXVIIème assemblée régionale…

Copa América 2019 : Messi, Di María et Agüero titulaires (onze)

L'Argentine va rentrer en compétition ce soir contre la Colombie avec un objectif principal pour Messi (gagner).…

Libye: les forces de Haftar déclarent avoir tué 12 militants de l’Etat islamique

Les forces de Khalifa Haftar ont affirmé vendredi 14 juin qu'au moins 12 militants de l'Etat islamique avaient été…

Liban: vers la libération d’Hannibal Kadhafi, le fils de Mouammar Kadhafi

Un tribunal libanais a suspendu des poursuites judiciaires contre le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, évoquant…

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus