gaetane

Bénin: les présumés fauteurs de troubles des 1er et 2 mai devant le juge demain

Une trentaine de jeunes comparaissent demain mardi 28 mai 2019. Ils ont été interpellés, présentés au procureur puis déposés à la prison pour avoir participé au soulèvement populaire observé à Cotonou les mercredi 1er et jeudi 2 mai 2019. Ils vont se défendre devant les juges du 2è cabinet du tribunal de première instance de Cotonou avec l’assistance de leur conseil.

Ils sont plus de trente à être déposés à la maison d’arrêt de Cotonou. Ils, ce sont les jeunes présumés fauteurs de troubles interpellés suite aux événements de Cadjèhoun. Certains ont été pris directement après avoir quitté les soins médicaux. Parce qu’ils sont victimes soit des balles des militaires soit  de gaz lacrymogène des agents de la police républicaine. Ceux-là, à l’exception de Dénis Djossou, le jeune homme dont une main a été amputée, vivent depuis lors les réalités de la prison civile de Cotonou. Comme le disent certains proches du dossier, ils sont en flagrant délit et pourraient être jugés sur la base des éléments existentiels.

Les autres, très proches de l’opposition et actifs sur les réseaux sociaux, ont été « enlevés », pour employer le terme des forces de la résistance, par les hommes armés. Ils ont été écoutés puis jetés en prison en attendant le verdict du juge. Les sources proches du tribunal renseignent que deux cas de figure peuvent s’observer demain à l’audience. Soit, le juge constate que certains sont innocents et ordonne leur libération. Les autres seront, dans ce cas, condamnés pour trouble à l’ordre public. Le second cas qui pourrait se présenter est que le juge décide de proroger le mandat de dépôt et reporte par conséquent, l’audience à une date ultérieure.

Militarisation probable du tribunal demain

Il faut dire que plusieurs responsables d’étudiants sont parmi les inculpés. Pour marquer leur solidarité à leurs camarades, les étudiants ont lancé des appels à mobilisation pour soutenir, ne serait-ce que de façon morale, les mis en cause. Dans ces circonstances et pour éviter d’éventuels débordements, le parquet prend toutes les dispositions sécuritaires. Peut-être que la police républicaine a déjà reçu des instructions dans ce sens pour filtrer l’entrée au tribunal de Cotonou.

4 commentaires
  1. SAS dit

    C’est visiblement du «Deux poids, deux mesures» sous la dictature.
    Si non, Il aurait fallu aussi faire diligence pour rechercher et présenter au procureur, (et s’il le faut de la Cour suprême ), celui-la qui a donné l’ordre de tirer sur les manifestants et ces militaires débiles qui ont obéi à cet ordre donné, en tuant des innocents, faisant des orphelins…
    Justice pour tous !

  2. sultan aziz dit

    Sas…ne sois pas pressé…

    Comme tu le sais..il a un juste suprème..et c’est dieu…qui rend..la justice par une alchimie..dont il est le seul détenteur..et de plus..je ne connais pas..une occasion ou ce dieu a failli

    D’autres..part…par la dialectique de choses..ce peuple..au nom du quel..on agit..on juge…peut..se rendre justice…lui meme

    Ce ne sont pas des exemples…qui manquent..

    Enfin…moi j’ai pitié..des klébés..complices actifs et passifs..de ce régime…puisque..d’abord condamnés..à jamais par l’histoire…mais dis je…vous verrez ce qui va s’abbattre..sur eux tous

    Se cacher..derrière des chars..des fusils…ne les protégèront aucunement

    Paroles du sultan

  3. louis dit

    Quoi que je pense tout les fauteurs de troubles auraient pus se contenir un peu car ils ont sous estimé le président Patrice talon…car devant leur verve à tout détruire et tout brûler ils ont rencontré garçon. Mais je pense aussi que quelqu’un devrait pouvoir dire à notre président de laisser tomber car pour que sa main tendue semble vraie…il est essentiel à défaut d’annuler les élections…que ceux qui ont fait l’objet d’arrestation lors des violence du 1 et 2 mai soient juste relâches . C’est juste que le pouvoir a une telle inertie que ce n’est pas facile de s’en défaire.

  4. Florian dit

    Moi j’invite la justice de mon pays a appliquée avec derniere rigueur la loi afin que le reste de la jeunesse prenne conscience des actes qu’elles posent car il est bon d’avoir la liberté d’exprimé c’est ainsi qu’il faut être responsable des actes posés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus