MoovInter

Bénin: « des étrangers drogués et armés » dans le rang des manifestants (conseil des ministres)

Le 28 avril 2019, le peuple béninois était aux urnes pour les élections législatives. Si les opérations se sont globalement bien déroulées sur tout le territoire national, dans le calme et la discipline, il y a lieu, cependant, de constater que quelques incidents ont été enregistrés dans le centre-ville de Parakou, à Tchaourou, Save et Glazoué, puis à Bante, Savalou et Bassila.

En effet, des individus incontrôlés ont commis des actes de vandalisme, de barbarie, et ont même attenté à l’intégrité physique de citoyens dont le seul tort était de vouloir exercer leur droit civique.

--- Publicité---

Des motos volées et des boutiques pillées

Par ailleurs, trois jours après la tenue du scrutin, soit dans l’après-midi de ce mercredi 1er mai, au motif fallacieux d’une tentative d’arrestation de l’ancien président Boni YAYI, un attroupement s’est formé à son domicile et a ensuite investi une partie de la ville de Cotonou.

Dans un déchaînement de violence, les manifestants ont attaqué des édifices publics et des installations privées qu’ils ont dégradés ou incendiés. C’est le cas notamment du hall d’exposition d’un concessionnaire de véhicules situé à Cadjehoun, de l’agence d’une banque locale au quartier Patte d’Oie. C’est le cas aussi de la tour administrative abritant plusieurs ministères dont celui du Travail et de la Fonction publique où la guérite d’accueil a été saccagée, une dizaine de voitures mises à feu, une trentaine de motos, un ordinateur et un climatiseur dérobés.

Des actes de vandalisme ont été également observés dans la ville de Kandi ce même 1er mai.

Il y a lieu de souligner que lors de chacune de ces manifestations opportunistes, les Forces de Défense et de Sécurité sont intervenues avec beaucoup de professionnalisme dans le but de préserver l’ordre public. Il se dégage des éléments de contexte que les meneurs de ces mouvements ont clairement affiché leur intention d’attenter à la stabilité de l’Etat. En témoigne, la présence de nombreux étrangers dans les rangs des manifestants. Ceux-ci, généralement de jeunes gens, sont drogués et équipés d’engins explosifs destinés à semer le désordre.

Les enquêtes sont ouvertes pour détecter les instigateurs de ces actes de vandalisme, situer les responsabilités et engager les poursuites nécessaires.

En prenant acte de ce compte rendu du Ministre de l’intérieur et de la Sécurité publique, le Conseil lui a donné des instructions fermes en vue de mettre fin au désordre et d’assurer la sécurité des honnêtes citoyens afin qu’ils continuent de vaquer à leurs occupations quotidiennes.

(Extrait du compte rendu du conseil des ministres du jeudi 02 mai 2019)

--- Publicité---

4 commentaires
  1. Amelagbe dit

    Elle est usée la corde des étrangers facteurs de troubles..,
    Trouvez autre chose pour justifier vos crimes contre la nation béninoise!

  2. Vérité dit

    Écoutez même si vous voulez vous faire lire, faites appel aussi à la sagesse. Est-ce c’est le genre de personnes qui ont manifesté le problème ou les causes profondes de la manifestation? Tant que nous aurons des propos à frustrer et à blesser les autres, c’est aussi une forme de violence(violence verbale). Pourquoi croyez-vous qu’il y a eu des étrangers drogués parmi les manifestants? Si le pays était uni, dirigé dans un esprit d’union et de cohésion sociale; si les propos des uns et des autres étaient unificateur, si l’État se joignait à la population pour lutter contre la pauvreté et non contre les pauvres, quel étranger s’infiltrerait entre nous? Quelle opposition pourrait mobiliser le peuple à s’abstenir massivement à une élection? Le Pr a été juste trahi par sa compréhension de gagner tout en croyant qu’en Afrique le peuple n’est pas le grand électeur, mais plutôt son BMP dont l’arrogance, l’orgueil et l’égoïsme caractérisent plusieurs, les maires et CA qu’on rallie à soi. Reconnaissons plutôt de nos erreurs, corrigeons-les et demandons pardons au peuple. Ce n’est pas se trainé dans la boue, mais c’est plutôt la sagesse et l’humilité et c’est ce qui précède la gloire.

  3. Valentin dit

    « des étrangers drogués et armés » dans le rang des manifestants (conseil des ministres);
    la présence de nombreux étrangers dans les rangs des manifestants. Ceux-ci, généralement de jeunes gens, sont drogués et équipés d’engins explosifs destinés à semer le désordre.
    Qui sont ils et d’ou viennent t-ils. Du mensonge et rien que du mensonge
    Pourquoi ne veut t -on pas voir la realité en face.
    Ministres beninois, nul n’est eternel a un poste. quant vous serez de l’autre coté, que diriez vous????

  4. sultan aziz dit

    Moi…je ne vois…là ou se situe le débas….chers amis..!!

    Nous sommes dans une guerre de communication

    Tantot yayi à topka..avec deux mercenaires….!!

    Des étrangers drogués..qui font de la violence..à cotonou..

    attendez..vous à d’autres cordes plus grosses..histoire de prendre des beninois…pour des diots…incapables de savoir ou se trouvent la vérité

    Ce qu’il faut retenir…en..3 ans de raffle tout…c’est un mépris total..pour ce peuple..qui l’a élu avec 65% des voix.

    C’est l’arrogance,la suffisance..le deni..à ce peuple de dire…son mot sur la gouvernance….

    Car en effet….refuser..à 90% des beninois de vote.moi je ne vois…quel mot..y associer

    Et dire…que des soi disants..rois,tetes couronnées (de je n’ai sais quoi)..de gens dit…de dieu…personne…ne dit pas….que la ruse,la rage,le cynisme,le mépris manifeste…sont les seules bases..de la violence

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus