Afrique du sud : l’ANC remporte les élections à une faible majorité

Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir en Afrique du Sud a été réélu vendredi mais avec un soutien moindre. En fin de soirée, le parti avait recueilli 57,68% des suffrages et 98,19% des votes comptés. Viennent ensuite le principal parti de l’opposition, l’Alliance démocratique (DA), avec 20,70%, et le parti d’extrême gauche, Economic Freedom Fighters (EFF), avec 10,63%.

Quarante-huit partis politiques ont participé aux élections nationales et provinciales de mercredi. C’est la première fois que l’ANC, qui dirige l’Afrique du Sud depuis la fin de la domination de la minorité blanche en 1994, a obtenu moins de 60% des voix. Les experts affirment que l’ANC a perdu du terrain en raison de plusieurs incidents de corruption présumée impliquant certains de ses dirigeants, dont l’ancien président Jacob Zuma. Le parti a également été accusé de ne pas fournir efficacement des services communautaires dans certaines parties du pays, alors que le chômage augmentait également. Certains experts estiment que l’ANC aurait même perdu plus de soutien si ce n’était pas l’ancien syndicaliste et homme d’affaires Cyril Ramaphosa, qui avait été élu l’année dernière pour remplacer le président Zuma, souillé par le scandale.

De nombreuses personnes auraient voté pour l’ANC en raison de l’engagement de Ramaphosa de lutter contre la corruption, de renouveler le parti et de rajeunir l’économie, contrairement à son prédécesseur. L’Alliance démocratique a gagné dans la province du Cap occidental qu’elle gouvernera, tandis que la province du Gauteng, qui comprend les villes de Johannesburg et de Pretoria, était toujours en suspens au moment du décompte des voix. Plus tôt vendredi, quelque 35 partis politiques avaient rejeté les premiers résultats publiés par la Commission électorale indépendante, alléguant que les élections n’étaient pas libres et équitables. Les parties ont affirmé que certaines personnes avaient voté plus d’une fois alors que «l’encre indélébile» posée sur le pouce de l’électeur pouvait être facilement lavée. Mais les observateurs électoraux ont déclaré lors d’une conférence de presse vendredi soir que les élections s’étaient déroulées de manière libre et équitable.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus