Accueil » Soudan – Omar el-Béchir: un putschiste dictateur renversé!
Politique

Soudan – Omar el-Béchir: un putschiste dictateur renversé!

fatou-bensouda-omar-el-bechir @RFI Haussa

L’Afrique connait de plus en plus des mutations profondes surtout au plan politique. Alors que le cas du président algérien, Abdelaziz Bouteflika continue de faire des vagues, ce sont les Soudanais qui s’offrent la tête du tout-puissant Béchir. Alors qu’il s’y attendait le moins, l’armée qui était censée le protéger lui a tourné dos.

Le désormais président déchu du Soudan est parti du pouvoir tel qu’il y est arrivé. Omar el-Béchir est inéluctablement une évidence incontestable de l’adage populaire « qui tue par l’épée périt par épée ». Militaire de formation, et après plusieurs années de combat, il porte les galons de colonel. C’est ce grade qui lui a donné l’audace de renverser le régime en place en 1989. Aux allures d’un dictateur invétéré, il fait interdire tous les partis et instaure un code légal islamique. Quatre ans plus tard, en 1993, il s’autoproclame président du Soudan avant d’être élu en 1996.

Depuis lors, les événements successifs venant de lui ne sont pas du goût du peuple soudanais. Le Soudan du Sud qui a tout le temps réclamé son indépendance vis-à-vis du Nord a dû prendre ses responsabilités le 9 juillet 2011. Depuis lors, la guerre de partage des biens de la République n’a pas permis une grande avancée. Le président qui fait objet d’un mandat d’arrêt international pour crimes contre l’humanité et d’un autre mandat pour génocide est contesté pour ses décisions qui sont tournées contre le peuple. Récemment; le prix de l’essence a grimpé puis celui du pain connait une hausse vertigineuse.

Exaspéré, le peuple a pris ses responsabilités. Après plusieurs jours de protestation le peuple a fini par avoir raison de l’homme fort. Près de trente ans à la tête du grand Soudan, Omar el-Béchir sort par la petite porte. Contrairement à ceux qu’il a renversés, lui, après sa destitution, sera mis aux arrêts et gardé. Le pire, c’est que Fatou Bensouda pourra envoyer ses émissaires le chercher pour répondre des crimes devant la Cour pénale internationale.

L’autre soupçon qui pèse sur Omar el-Béchir est son probable rapport avec les terroristes. Il a donné asile au chef d’Al-Qaïda Oussmana ben Laden au début des années 1990. L’Afrique est en train d’écrire une autre histoire. Et, les autres chefs d’Etat qui « durent » au pouvoir doivent en tirer leçon avant que cela ne soit trop tard. La triste fin d’Omar el-Béchir, loin d’être une fin de la révolution africaine, risque d’inspirer d’autres peuples dont les présidents ont déjà fait plus de deux décennies au pouvoir.

Une leçon pour les autres chefs d’Etat

Le Caméroun, avec les mouvements qui s’y observent depuis peu auréolés par les débats opposant les anglophones et les francophones pourraient être des signes avant-coureur d’un soulèvement populaire. Le Tchad aussi dont le président est au pouvoir depuis 1990 pourra subir le même sort que el-Béchir. Encore que le Tchad et le Soudan sont des pays frontaliers. Paul Kagamé au Rwanda, Theodoro Obiang Nguema Mbasogo en Guinée Equatoriale et bien d’autres doivent, après de longues années à la tête de leur pays, sortir par la grande porte.

A Lire Aussi

CI: « Je suis un fils du nord renvoyé, chômeur mais j’ai fait un peu », Guillaume Soro

Parfait FOLLY

Espagne: l’extradition de Komi Koutché définitivement rejetée

Parfait FOLLY

Bénin: les explications de la députée Yibatou Sani suite à son interpellation par la police

Cochimau S. HOUNGBADJI

Bénin: l’opposition se couvrira de honte le dimanche prochain, selon Bruno Amoussou

Edouard Djogbénou

Bénin: les militantes du PRD au marché Ouando pour réclamer des élections inclusives

Cochimau S. HOUNGBADJI

Bénin: la loi sur l’embauche ne concerne pas les fonctionnaires, selon l’He Alladatin

Edouard Djogbénou

1 commentaire

Amelagbe 11 avril 2019 at 21 h 28 min

Les ruses qui font voter des lois scélérates les yeux fermés, feraient bien d’observer ce qui arrive aux dictateurs partout dans le monde…
Bêchir a fait voter un nouveau code légal islamique plus arbitraire et anti démocratique que les CRIET et autres code de cybercriminalité…
Ou est il aujourd’hui ?
Aucune prison, aucun code de cybercriminalité dévoyé ne protège les dictateurs contre leur fin inéluctable..
Notre pays a fini avec les putsch , mais il ne s’ensuit pas que nous assisterons les bras croisés a l’assassinat programmé de notre démocratie acquise dans les larmes et le sang …
Avon entendeur salut !

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus