Nigéria: une fabrique illégale d’armes à feu découverte par l’armée

Les éléments de l’armée nigériane ont fait une découverte importante lundi 01 mars à Benue. Une fabrique d’armes illégale a été découverte et démantelée et deux des fabricants ont été arrêtés par les militaires.

Deux fabricants d’armes à feu illégales ont été arrêtés dans la zone du gouvernement local de Logo de l’Etat de Benue par les éléments du major-général Adeyemi Yekini. Ce dernier a présenté les individus appréhendés à la presse au quartier général de l’OPWS situé au Commandement aérien tactique à Makurdi lundi. Il a indiqué que les enquêtes sur cette industrie illégale a commencé il y a environ cinq semaines. Ses hommes avaient alors été informés de ce qu’il y avait des fabricants d’armes installés entre Ukum et les zones de gouvernement local de Logo. «Après avoir reçu le rapport, notre équipe de renseignement a décidé d’enquêter et après quatre semaines de surveillance, nous avons pu arrêter les coupables», a déclaré Yekini.

Le capitaine Samuel Okenarhe, commandant du secteur de l’OPWS et responsable des zones Logo et Ukum, a corroboré les propos de son chef: «Le 24 mars 2019, nous avons appris que deux personnes avaient l’AK-47 à Anyiin. Mais avant notre arrivée, j’ai entendu dire que certains habitants en lynchaient déjà un. En nous voyant, ils se sont enfuis et nous avons arrêté la personne avec l’AK-47 et lorsque nous l’avons interrogé, il nous a dit qu’il avait fabriqué les armes à Tine Unune, dans la LGA d’Ukum. Le même soir, nous avons reçu un autre rapport indiquant que le suspect qui s’était enfui avait été vu à son domicile. Nous avons tendu une embuscade et l’avons attrapé ce soir-là à la LGA de Zaki Biam Ukum. Il nous a conduit à l’usine de fabrication. Nous avons effectué une descente sur les lieux et récupéré plusieurs armes en cours d’achèvement. »

Un témoignage

Interrogé par des journalistes, un des suspects arrêtés se livre à des aveux. Selon lui, il a commencé ce business illégal après son retour d’Europe où il est allé étudier il y a environ deux ans. Ayant des problèmes financiers, il a donc commencé à fabriquer des armes. «J’ai lancé cette entreprise d’armes à mon retour d’Europe il y a deux ans. Tout ce que j’avais était disparu à cause de la sorcellerie et je devais tout recommencer. J’avais cette idée de la fabrication d’armes et j’ai pensé y aller pour gagner de l’argent. J’ai étudié l’ingénierie des télécommunications, mais je n’avais pas de travail. Je devais faire quelque chose pour gagner de l’argent. J’ai appris la fabrication d’armes en Mauritanie. À ce jour, j’ai fourni plus de 16 armes, dont des pistolets vendus à 50 000 N et une AK-47 vendue entre 320 000 et 350 000 N », a déclaré Atii. Cependant, Yekini a déclaré qu’une enquête était en cours, ajoutant que les troupes étaient sur la piste des autres membres du groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.