Libye : la France accusée de jouer double jeu, Tripoli suspend ses relations avec Macron

Le gouvernement d’accord national (GNA) soutenu par les Nations unies a accusé la France jeudi, de soutenir le maréchal Khalifa Haftar et a annoncé qu’il suspendrait toute coopération en matière de sécurité avec Paris.

Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur de la GNA basé à Tripoli, « toutes les relations entre le ministère et la partie française ont été suspendues en raison de la position du gouvernement français en faveur du criminel Haftar « . Une source présidentielle française a déclaré en réponse à l’accusation que la France soutenait le gouvernement international reconnu à Tripoli et que l’interlocuteur légitime d’Emmanuel Macron était Fayez al-Sarraj, le Premier ministre du GNA, avec qui il s’est entretenu lundi et l’a réaffirmé. La France a participé à la formation de la garde présidentielle de Serraj et a signé en octobre 2013 un accord entre un cabinet-conseil du ministère de l’intérieur français et le ministère libyen de l’intérieur visant à former 1 000 policiers. Plus récemment, en février, la France a fourni au gouvernement de Tripoli six patrouilleurs pour son littoral.

---Publicité---

« Pour la dignité de la Libye »

Cependant, Paris a déjà apporté son soutien à Haftar, le considérant comme le meilleur moyen de mettre fin au chaos régnant depuis l’escapade de Sarkozy soutenue par l’OTAN visant à mettre un terme au régime de Kadhafi en 2011. Le général Haftar dirige les forces de l’armée nationale libyenne (LNA), alignées sur la Chambre des représentants, un gouvernement élu basé à l’est du pays. La LNA lutte contre la GNA pour le contrôle du pays d’Afrique du Nord depuis le renversement en 2011 de Mouammar Kadhafi. Le 4 avril, Haftar a lancé une opération militaire visant à prendre Tripoli. Le porte-parole de LNA, le général Ahmed Mismari, a déclaré à Euronews que l’offensive visait « à défendre les civils, à défendre le peuple libyen, à défendre les ressources de notre pays, pour la dignité de la Libye ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé, quelque 205 personnes sont mortes et plus de 900 blessées jusqu’à présent dans les combats. La GNA a également lancé jeudi des mandats d’arrêt contre Haftar et six autres commandants de la LNA. L’UE a officiellement appelé à des négociations entre les deux parties et l’Allemagne a appelé mercredi à une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies.

---Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus