Société

Les juges de la CPI rejettent l’enquête en Afghanistan, Donald Trump crie « victoire »

Fatou Bensouda, Procureure général de la CPI

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont rejeté vendredi à l’unanimité la demande du procureur d’ouvrir une enquête pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre en Afghanistan, ce dont Donald Trump s’est félicité, parlant d’une « victoire internationale majeure ».

La Chambre préliminaire II de la CPI estime en effet qu’« une enquête sur la situation en Afghanistan à ce stade ne servirait pas les intérêts de la justice », précise le tribunal international dans un communiqué.

« Nous nous félicitons de cette décision et réitérons notre position selon laquelle les États-Unis imposent aux citoyens américains les normes juridiques et éthiques les plus strictes. », a déclaré le président des États-Unis, Donald Trump.

En novembre 2017, le procureur de la CPI avait demandé l’ouverture d’une enquête sur des crimes de guerre et contre l’humanité qui pourraient avoir été commis en Afghanistan dans le conflit qui s’y déroule plus de 15 ans.

La Chambre estime que, « nonobstant le fait que toutes les conditions requises sont remplies concernant à la fois la compétence et la recevabilité, la situation actuelle en Afghanistan est telle qu’elle rend extrêmement difficile la réussite d’une enquête et de poursuites ».

Le mois dernier, les États-Unis ont annoncé qu’ils allaient retirer ou refuser l’octroi de visas aux membres de la CPI qui cherchent à établir si les forces américaines ou leurs alliés ont commis des crimes de guerre en Afghanistan.

Ainsi, le visa de la procureure générale de la CPI, Fatou Bensouda, a été annulé au début du mois d’avril.

La CPI avait réagi en affirmant qu’elle continuerait à œuvrer de manière indépendante et sans relâche, dans le respect de son mandat et du droit.

En septembre dernier, Washington a menacé la juridiction basée à La Haye de sanctions si elle décidait d’ouvrir une enquête concernant de potentiels crimes de guerre commis en Afghanistan.

Les États-Unis n’ont pas ratifié le statut de Rome qui a fondé la CPI en 2002. Le président de l’époque, George W. Bush, s’opposait à la Cour. Barack Obama a ensuite pris des mesures pour coopérer avec l’instance.

A Lire Aussi

Reconstruction de Notre-Dame de Paris: La Fouine et Lilian Thuram indignés par le montant des dons !

Vincent DEGUENON

Ghana : un incendie ravage le marché central de Kumasi

Modeste Dossou

Sénégal: enfin, les boulangers et l’Etat parlent le même langage

Sénégal: les boulangers en grève exigent une condition au gouvernement

Ghana – Prostitution enfantine : dans l’univers de Melphia, 13 ans et prostituée (SPIEGEL)

Modeste Dossou

RDC :150 personnes portées disparues après un naufrage sur le lac Kivu

Vincent DEGUENON

3 commentaires

Big 13 avril 2019 at 9 h 37 min

Et la comédie continue

Répondre
Val 13 avril 2019 at 10 h 54 min

Les juges ont peur des représailles des USA

Répondre
Towaskoo 13 avril 2019 at 18 h 51 min

Bon qu’elle est l importance de la CPI sil ne peut pas mené leur enquête sur les usa. Et pourquoi juge nos dirigeants Africains .quelle coneries

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus