Bénin: seulement 7 parlementaires présents à l’ouverture ce jour à la 1ère session ordinaire

Convoqués pour ce vendredi 1er avril 2019 par le président de l’assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, seulement sept députés ont répondu présents à l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2019.

[su_heading size=”17″]A lire aussi:Bénin – Assemblée nationale: l’ouverture de la dernière session reportée faute de quorum [/su_heading]

Les députés de la septième législature ont boycotté ce vendredi 12 avril 2019 l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2019 et la dernière pour le compte de la mandature finissante. A la vérification du quorum par un élu choisi par le président Adrien Houngbédji en l’absence des secrétaires parlementaires, seulement sept députés ont répondu présents à la cérémonie d’ouverture à laquelle plusieurs personnalités ont été conviées dont des membres du corps diplomatique; des autorités locales, des autorités morales.

Le lancement de la campagne électorale ce jour par la commission électorale nationale autonome (cena) pourrait justifier l’absence de plusieurs députés qui seraient sur le terrain dans le but de convaincre leurs mandants pour un renouvellement de mandat. Si cet argument peut tenir la route pour les députés du bloc de la majorité parlementaire, il paraît moins plausible pour les députés de la minorité parlementaire écartée des élections législatives du 28 avril 2019. Si pour les uns, il n’y a plus rien à attendre de la mandature en cours et qu’il faut se battre sur le terrain pour garantir le visa pour la mandature à venir, pour d’autres, l’aventure parlementaire vient de prendre brutalement fin et le rêve de revenir au parlement brisé par le code électoral et la charte des partis politiques issus de la réforme du système partisan conduite de main de maître par le bloc de la majorité parlementaire.

Espérant que l’ouverture de la première session de l’année en cours renvoyée pour le lundi 15 avril 2019 par le président de l’institution parlementaire puisse requérir plus de présences pour l’exécution du l’ordre de jour qui n’exclurait pas le retour au dialogue pour une élection législative inclusive. Sait-on jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.