A la Une Politique

Bénin: Patrice Talon parle des relations perverses entre la classe politique et l’Exécutif

Patrice Talon ce Jeudi 11 avril 2019 dans l'émission spéciale Moment de Politique @PB

Hier jeudi 11 avril 2019, le Président de la République était l’invité de l’émission spéciale « Le Moment Politique ». Il a été essentiellement question de la crise préélectorale causée par la mise en application des lois adoptées dans le cadre de la réforme du système partisan. A l’occasion, le Président patrice Talon a reprécisé l’importance de la réforme en relevant certains actes qui caractérisent le système partisan exploité jusque là.

La réforme du système partisan est plus que jamais nécessaire selon Patrice Talon qui ne compte pas reculer malgré les difficultés. Il reconnait que dans une mesure donnée, la mise en oeuvre de la réforme peut rencontrer des obstacles et ne pas avoir l’assentiment d’une partie de la classe politique. Mais cela ne doit pas être une raison pour croire que la réforme a échoué. Pour Patrice Talon, cette réforme est voulue par toute la classe politique car le diagnostic a montré les limites du système exploité jusqu’à ce jour.

En dehors de ce que depuis le renouveau démocratique aucun parti politique n’est arrivé à conquérir le pouvoir exécutif, le chef de l’Etat évoque d’autres tares du système partisan actuel auquel il compte mettre fin. « Il y a quelque chose peut-être que le peuple ne sait pas mais qui caractérise désormais notre système partisan, c’est que la classe politique, les forces politiques présentes au Parlement sont en permanence dans des relations incestueuses, perverses avec l’Exécutif. Ce sont des négociations de couloirs, toutes sortes de marchandage, et chacun négocie son soutien au Président de la République en échange de quelque chose et non en fonction d’un idéal », a-t-il révélé. 

Des divergences internes…

Les forces politiques présentes au Parlement dans leurs divergences sont généralement incapables de maintenir une cohésion interne. Après les négociations et marchandages, le partage du gain obtenu constitue un véritable problème.« Vous donnez un ou deux portefeuilles ministériels à un groupe politique, qui va être le ministre est un problème. Même s’ils parviennent à trouver celui qui va être le ministre, le groupe politique hétéroclite va lui imposer un Directeur de Cabinet d’un tel bord, un Directeur adjoint de Cabinet d’un autre bord, un Secrétaire général d’un autre bord de sorte que ni le Gouvernement ni les équipes ministérielles ne sont homogènes, ne sont capables de travailler en synergie. Le peuple ne mesure pas que c’est comme une perversion et combien ça handicape la bonne gouvernance et la gestion convenable du pays », déplore-t-il.

A Lire Aussi

Bénin: une arme de guerre saisie, un braquage déjoué et une bande de malfrats démantelée

Cochimau S. HOUNGBADJI

Ukraine – Présidentielle: les grandes tendances donnent vainqueur le comédien Zelenskiy

Sri Lanka – Messe de Pâques: plus de 200 morts après des attaques meurtrières des églises

Vincent DEGUENON

Bénin: « Il n’y a aucune menace sur la sécurité du pays » selon Lazare Sèhouéto

Bénin – Législatives 2019: ce qui se passera dans la 11ème circonscription électorale

Parfait FOLLY

Bénin: la police invite les populations à dénoncer les projets d’actes attentatoires à la paix

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus