Bénin – Législatives 2019: timide début de la campagne électorale

A Cotonou comme dans la cité dortoir, l’ambiance des jours ordinaires n’a pas changé. La fièvre de la campagne électorale n’est pas encore perceptible sur le terrain. Même si certains candidats vont à l’assaut de leurs mandants, la campagne n’a pas véritablement pris.

Les candidats des deux partis politiques retenus pour faire la compétition du 28 avril prochain ne se font pas encore remarquer sur le terrain comme cela se doit. Depuis le vendredi que la campagne a officiellement démarré, ils se font désirer sur le champ de bataille. Outre quelques réunions plus ou moins clandestines tenues à Cotonou, dans la 16ème circonscription électorale précisément, rien ne bouge. Les populations attendent toujours leurs “amants” pour venir les courtiser. Visiblement, les candidats, compte tenu du climat politique tendu, ont du mal à se déplacer vers les électeurs. Peut-être qu’ils craignent des empoignades buccales des populations lorsqu’ils vont adopter les stratégies habituelles.

L’autre probabilité est le nombre très réduit de partis politique en compétition. Plusieurs partis prenaient d’assaut les rues et les coins des villes et hameaux pour faire des promesses jamais tenues aux populations afin de bénéficier de leur suffrage le jour du scrutin. L’ambiance, quoi qu’on dise, était festive. Même si parfois des écarts de langage se notent par endroit. Cette fois-ci, le nombre négligeable de candidats peut déteindre sur l’ambiance jadis vécues en de pareilles circonstances. Récemment en 2015, vingt partis et alliance de partis ont animé cette belle partie. Trente-trois en 2016 pour la présidentielle. La ferveur devrait, en temps normale, en être toute autre.

Mais rien n’est encore joué. Les Béninois aiment des surprises. Peut-être qu’ils attendent les derniers jours pour une des démonstrations de force et atteindre leur but, celui de se faire élire. Républicains et Progressistes préfèrent, pour l’instant, affûter leurs armes, tenir des rencontres de proximité avec des groupes très restreints.

 

3 commentaires
  1. Delphin GOUVOEKE dit

    Ils ont la phobie de faire cette campagne unijambiste.

  2. Djobido dit

    Acide

  3. Djobido dit

    Plaise à Dieu que la violence à l’acide n’embrase pas cette campagne discriminatoire qui refuse l’expression plurielle

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus