Accueil » Bénin: le passage en force est une option obligée pour Talon, selon Sadikou
A la Une Politique

Bénin: le passage en force est une option obligée pour Talon, selon Sadikou

La dernière sortie médiatique du chef de l’Etat, le président Patrice Talon continue de susciter des commentaires. Le dernier en date est celui du président Gerdess Afrique, Me Sadikou Alao. Selon lui, la posture du président de la république lors de sa dernière sortie médiatique est prévisible car il n’avait d’autres choix que de faire un passage en force pour ne pas voir s’écrouler les châteaux de cartes qu’il a construits.

L’organisation d’une élection législative inclusive dans le contexte politique actuel n’est pas favorable à la mouvance au pouvoir du fait des réformes impopulaires et du mode de gouvernance du pays. De ce point de vue, la posture politique du chef de l’Etat lors de sa dernière sortie médiatique est prévisible et confirme tout ce qu’il a fait jusque-là, estime le président de Gerdess Afrique. Selon lui, « la mouvance au pouvoir se fera laminée si jamais elle permettait à l’opposition d’aller aux élections. »

La seule solution qui s’offrait   alors au président de la République selon Me Sadikou Alao est de faire un passage en force. » Comme beaucoup de personnes et surtout de cadres béninois, je ne suis pas du tout surpris par les propos du président de la république. Je n’ai pas été surpris parce que après plus de deux ans de mauvaise gouvernance, on finit toujours par être rattrapé »; indique-t-il avant de poursuivre:  » S’il laisse les élections se dérouler normalement, il est sûr de les perdre. Et tout ce qu’il a passé le temps pendant ces deux dernières années à concocter à son propre profit, et au profit de ses entreprises, et toutes les lois scélérates qu’il a mises en place vont s’effondrer« .

A le croire,  avec une nouvelle assemblée nationale où siègent des députés de l’opposition, toutes les lois qu’il a fait voter seront remises en cause. Face à cette évidence, poursuit-il, « il n’a d’autres solutions que de poursuivre sa fuite en avant en faisant, : ‘ça passe ou ça casse‘. Mais pour le président de Gerdess Afrique,  c’est une situation difficile pour le peuple béninois.

A Lire Aussi

[Exclu] Komi Koutché : les détails sur le rejet de son extradition au Bénin (Décision)

Modeste Dossou

Burkina Faso: Alassane Ouattara manœuvre pour le retour de Blaise Compaoré

Modeste Dossou

Casimir Kpédjo: « Ils sont venus me chercher dans ma chambre… J’étais au lit nu…» (vidéo) 

Cochimau S. HOUNGBADJI

CI: « Je suis un fils du nord renvoyé, chômeur mais j’ai fait un peu », Guillaume Soro

Parfait FOLLY

Espagne: l’extradition de Komi Koutché définitivement rejetée

Parfait FOLLY

Bénin: le journaliste Casimir Kpédjo libéré après sa présentation au Procureur

Cochimau S. HOUNGBADJI

2 commentaires

Ledoux 15 avril 2019 at 21 h 49 min

Ce qu’il veut ne passera pas. Gbėdė! Gbėdė !

Répondre
Mohamed Sylla 15 avril 2019 at 23 h 32 min

Maître Alao ne doit plus continuer à être présente comme représentant le Gerdes. Car Alao est devenu partisan et manifestement sympathisant de l’opposition au Bénin! Il faudra clarifier: soit le Gerdes n’existe plus, et on en prend acte, soit il est toujours actif, mais Alao n’est plus qualifié pour parler en son nom! une ONG comme le G… devrait nous frapper par sa neutralité! Il faut clarifier !!!

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus