Bénin: la suggestion de Ibrahim Salami à Talon après l’installation de la 8è législature

La probabilité pour que la huitième législature soit constituée essentiellement de députés acquis au président Patrice Talon se confirme de plus en plus. Si ce n’est pas l’idéal à souhaiter selon le professeur Ibrahim Salami, la constitution d’un gouvernement d’union nationale pourrait atténuer cette situation, estime-t-il.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Ibrahim Salami: « trop d’exigences de l’opposition a plombé la recherche du consensus »[/su_heading]

Invité dans l’émission socio politique “Zone Franc” de Canal 3 Bénin du Dimanche 31 mars 2019, le professeur agrégé du droit public, Ibrahim Salami s’est montré assez pessimiste quant à la participation des opposants aux législatives du 28 Avril 2019. Pour ce partisan de la révision de la constitution pour une sortie de crise, la recherche de consensus est “mort” depuis que l’honorable Abimbola a suggéré à l’opposition d’assumer la révision. La conséquence de l’échec de la recherche du consensus selon le juriste de haut niveau, c’est que les élections législatives prochaines se feront entre les deux blocs du président Patrice Talon qui remplissent les conditions pour cette élection.

Même si ce n’est pas le meilleur à souhaiter, estime-t-il, il faut que les élections législatives se tiennent. “Je suis partisan des élections inclusives; indique-t-il. Mais je me rends compte que le parlement qui devrait être la clef est entrain de se chamailler, ce qui bloque le consensus. Mais en tant que juriste, s’il n’y a pas de solution, on est obligé de se tenir aux textes existants et le 28 avril, j’irai accomplir mon droit de vote en tant que citoyen », a-t-il déclaré.

Un gouvernement d’union nationale pour atténuer les frustrations:

Si le professeur Ibrahim Salami constate à son corps défendant que la huitième législature serait mono-colore, il estime quand même que le président de la République pourrait trouver les moyens d’atténuer les frustrations que peuvent générer cette situation. Pour le titulaire du droit public, l’installation d’un gouvernement d’union nationale pourrait contribuer dans une certaine mesure à apaiser cette frustration.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Bénin: Ibrahim Salami est partisan des élections inclusives, mais ira voter dans tous les cas[/su_heading]

Selon le schéma projeté par le professeur Ibrahim salami, le chef de l’Etat dans la poursuite du déroulement de son programme d’action de gouvernement pourrait avoir une assemblée constituée des députés issus du parti union progressiste et du bloc républicain. Les frustrés de cette situation comme les anciens alliés que sont le parti du renouveau démocratique; l’Udbn de l’honorable Claudine Prudencio pourraient obtenir des lots de consolation à travers des nominations au sein du gouvernement. La mise en oeuvre de cette proposition pourra-t-il vraiment garantir la paix sociale? seuls les faits pourront nous édifier.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus