MoovInter

Bénin: retour sur les personnes interpellées ou arrêtées au cours de la semaine

La police républicaine a interpellé ou arrêté plusieurs citoyens béninois dans la semaine du lundi 15 au vendredi 19 avril 2019. Issus pour la plus part des départements de littoral et de l’ouémé, ces personnes sont des responsables de partis politiques et journaliste de la presse béninoise. Ils sont convoqués ou arrêtés pour « nécessité d’une enquête judiciaire ».

Le bilan des interpellations de la brigade criminelle de Cotonou au cours de la semaine du lundi 15 au vendredi 19 avril dans les départements du Littoral et de l’Ouémé fait état de sept béninois à savoir six responsables politiques et un journaliste. Si pour certains des convocations ont été adressées, d’autres sont arrêtés à leurs domiciles sans une convocation préalable.

--- Publicité---

Parmi les responsables politiques, six sont issus des partis politiques tels que le Parti du renouveau démocratique (Prd) de Maître Adrien Houngbédji et de l’Union sociale libérale (Usl) de Sébastien Ajavon. La septième personne interpellée est le directeur de publication du journal « La Nouvelle Economie ». Ils sont tous convoqués ou arrêtés pour « une nécessité d’enquête judiciaire ».

Au sein du Prd du Président de l’Assemblée nationale Adrien Houngbédji, on note quatre interpellations au cours de la semaine. Il s’agit du maire de la commune de Sèmè-Kpodji Charlemagne Honfo, porte-parole du Prd, du directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale et vice-président du Prd Akadiri Falilou, du conseiller technique aux affaires économiques de Adrien Houngbédji Gratien Ahouanmènou aussi un des membres influents du Parti du renouveau démocratique. Toujours au sein du Prd,le chargé de mission de Maître Adrien Houngbédji également deuxième adjoint au maire de la commune de Dangbo Julien Agossou-Bodé a été arrêté à son domicile à Cotonou.

[penci_related_posts dis_pview= »yes » dis_pdate= »no » title= »A Lire Aussi » background= » » border= »#000000″ thumbright= »no » number= »4″ style= »grid » align= »none » withids= » » displayby= »cat » orderby= »rand »]

Joint au téléphone pour comprendre les réels motifs de leur interpellation, le conseiller technique aux affaires économiques de Adrien Houngbédji Gratien Ahouanmènou dit ne rien avoir comme argument pertinent sur leur interpellation. « C’est ce qui nous a poussé à envoyé notre avocat pour aller nous représenter ce vendredi 19 avril 2019 à brigade criminelle », a-t-il laissé entendre. « Ce sont des coups politiques et personnellement je ne suis pas à ma première interpellation » , a ajouté Gratien Ahounmènou.

Dans le domaine de la presse, Casimir Kpédjo, directeur de publication du journal « La Nouvelle Economie » est arrêté dans la semaine à son domicile à Cotonou. Il lui est reproché d’avoir diffusé des informations jugées de « fausses » sur l’économie béninois via les médias sociaux.

Au sein de l’Union sociale libérale (Usl) de Sébastien Ajavon, deux personnes sont interpellées. Il s’agit du délégué général du parti Joël Ajavon et du porte-parole du parti Gérarldo Gomez. Pour ces deux derniers cas, il n’y a aucune précision sur la convocation qui leur est adressée. Ils sont invités à se présenter à la brigade criminelle dès la réception de la convocation. Ces interpellations et arrestations citées ne sont que celles survenues à Cotonou dans le littoral, Porto-Novo et Dangbo dans l’ouémé.

En résumé, on retient que la semaine du lundi 15 au vendredi 19 avril 2019 est marquée par plusieurs cas d’interpellation et d’arrestation. Même si la majorité des interpellés ne se sont pas présentés à la brigade criminelle de Cotonou jusqu’ici, il faut dire que Julien Agossou-Bodé et Casimir Kpédjo quand à eux  sont actuellement gardés à vue et attendent d’être présentés aux procureurs de la République dans les jours à venir.

--- Publicité---

2 commentaires
  1. Riri beni dit

    L’heure de la justice ⚖

  2. Dovenan dit

    Les commanditaires de ces arrestations visiblement arbitraires et manifestement contraires à notre constitution répondront devant le peuple.
    Ils seront lynchés, et ils finiront pendus.
    Leur corps sera remis aux vautours car le Bénin mon pays de paix ne mérite pas cette mauvaise publicité qu’on lui fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus