Bénin – Impasse électorale: Patrice Talon étouffe l’ultime espoir de l’opposition

Le président de la République du Bénin Patrice Talon a tenu ce jeudi 25 avril 2019, une réunion avec les chefs traditionnels du Haut conseil des rois du Bénin. A cette occasion, le chef de l’Etat a fait savoir qu’il ne pouvait pas réviser la Constitution tout seul pour permettre à l’Opposition de participer aux élections.

Après l’échec du consensus à l’Assemblée Nationale, les regards sont tournés depuis fort longtemps vers le président de la République Patrice Talon. Nombreux sont les acteurs de la vie politique béninoise en l’occurrence ceux de l’opposition qui attendaient impatiemment la prise de l’ordonnance par le chef de l’Etat au fin d’une modification de la constitution; pouvant permettre à l’opposition de participer à la course aux  législatives. Mais, cette alternative tant espérée par ces figures de l’opposition béninoise dont l’ex-président Boni Yayi, n’est visiblement pas du goût du chef de l’Etat qui reste toujours droit dans ses bottes. Il l’a fait savoir à l’issue de son échange avec les chefs traditionnels du Haut conseil des rois du Bénin dans la journée de ce jeudi 25 avril 2019. Patrice Talon a averti qu’un quelconque usage des pouvoirs exceptionnels de l’article 68 de la Constitution pour suspendre le processus électoral aurait des déconvenues sur la quiétude nationale : « Si vous me donnez [ce pouvoir] aujourd’hui pour permettre à l’Opposition d’être candidate, je vais l’utiliser pour rester au pouvoir parce que je pourrai modifier les lois électorales, repousser la date des élections, modifier la Constitution en matière électorale comme je veux. Même si moi je ne le fais pas, celui qui va me succéder va le faire parce que c’est ça que tout le monde veut faire »,avertit le patron de la Marina.

3 commentaires
  1. Florian dit

    Un president comme Talon il n’existe pas et il n’existera non plus merci mon cher president pour votre franc parler.

  2. D.C. dit

    Il nous prend pour des jambons. Pourquoi il nous parle avec tant de vacuité? Appliquer un article de la Constitution, l’article 68, est-ce changer la Constitution? Quos vult perdere, Jupiter dementat! Avec tant de déraison, nous ne sommes plus loin du crépuscule. Et il n’a désormais à la bouche que le chant du signe. Il perdra bientôt ce sourire narquois avec lequel il nargue tout le monde. Patience, c’est bientôt la fin.

  3. MAX LA MENACE dit

    PROGRESSIVEMENT LA DISCIPLINE VA S’INSTALLER DANS CE PAYS ET ON POURRA DESORMAIS APPELER UN CHAT UN CHAT ET UN CHIEN UN CHIEN.
    IL Y A LONGTEMPS QUE LE BENIN AVAIT BESOIN D’UN JERRY ROLLINS.
    L’ESSAI EST SUCCESSIBLE DE BOUSTER NOTRE DEVELOPPEMENT.
    APRES TOUT REMETTRE DE L’ORDRE DANS L’ECURIE OU LA BERGERIE ETAIT PEUT ËTRE NECESSAIRE.
    APRES ALORS IL FAUDRA ALLER UN PEU MOINS VITE CAR NOUS AVONS ATTEINT UNE ACCELERATION QUE NOUS POUS POUVONS CONTINUER DE SUPORTER.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus