Accueil » Bénin – Impasse électorale: les raisons de l’opposition de Patrice Talon à « l’ordonnance »
A la Une Politique

Bénin – Impasse électorale: les raisons de l’opposition de Patrice Talon à « l’ordonnance »

Le Président Patrice Talon lors de son discours en Norvège. Photo : Présidence du Bénin

Le chef de l’Etat a une idée claire de ses prérogatives et des circonstances dans lesquelles il peut user de certains pouvoirs que la constitution lui confère. L’ordonnance n’est pas la voie indiquée, selon lui, dans les réformes politiques.

C’est la classe politique via le parlement qui décide des lois électorales. Aucun chef d’Etat, dans les pays démocratiques, ne peut prendre une ordonnance pour arracher aux députés leurs prérogatives. Convaincu que c’est l’Assemblée nationale qui est souveraine quant au vote des lois, il dit ne pas être dans la dynamique d’une ordonnance. Ce n’est pas parce que les députés ont échoué à trouver le consensus que le président de la République va s’imposer à toute la classe politique pour prendre une ordonnance, dit-il avec fermeté.

Rappelant les dispositions de l’article 68 de la constitution, Patrice Talon considère la prise d’ordonnance comme un coup d’Etat. Une interférence dans le fonctionnement des institutions. Il dit avoir prêté serment pour respecter la constitution plutôt que de remettre en cause l’ordre constitutionnel. Pour le chef de l’Etat, il revient à deux institutions de prendre leur responsabilité au moment opportun. La cour constitutionnelle et l’Assemblée nationale sont les deux institutions constitutionnelles pouvant décider de la remise en cause de certaines dispositions des lois électorales.

L’autre raison qui motive la position du chef de l’Etat demeure la jurisprudence. « Je ne veux pas prendre en main une arme que je serai en mesure d’utiliser demain ou que quelqu’un qui viendra après moi va utiliser demain pour remettre en cause l’ordre constitutionnel », se justifie-t-il.  Toutefois, il est conscient qu’il y a crise, car déclare-t- « entre deux maux, il faut choisir le moindre mal ».

A Lire Aussi

[Exclu] Komi Koutché : les détails sur le rejet de son extradition au Bénin (Décision)

Modeste Dossou

Burkina Faso: Alassane Ouattara manœuvre pour le retour de Blaise Compaoré

Modeste Dossou

Casimir Kpédjo: « Ils sont venus me chercher dans ma chambre… J’étais au lit nu…» (vidéo) 

Cochimau S. HOUNGBADJI

CI: « Je suis un fils du nord renvoyé, chômeur mais j’ai fait un peu », Guillaume Soro

Parfait FOLLY

Espagne: l’extradition de Komi Koutché définitivement rejetée

Parfait FOLLY

Bénin: le journaliste Casimir Kpédjo libéré après sa présentation au Procureur

Cochimau S. HOUNGBADJI

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus