Politique

Bénin – Impasse électorale: les avertissements de Patrice Talon à l’opposition

Le Président Patrice Talon lors de son allocation en Norvège. Photo : Présidence du Bénin

Patrice Talon sans langue de bois hier face aux journalistes de l’Ortb. Au cours de son émission télévisée, le chef de l’Etat a fait des reproches aux partis de l’opposition et les a invités à se préparer pour bien affronter les municipales de 2020 et la présidentielle de 2021.

Ce qui a peut-être manqué aux forces de l’opposition, selon Patrice Talon, reste leur incapacité à renoncer à leurs intérêts personnels et égoïstes pour se mettre ensemble. Tout en félicitant les membres des deux partis retenus par la Cena pour prendre part aux élections, il a laissé entendre que « les partis de l’opposition n’étaient pas prêts à faire des sacrifices ». Les partis Bloc républicain et Union progressiste ont consenti d’énormes sacrifices, laisse-t-il entendre. C’est près de 198 partis qui se sont mis ensemble pour former les deux partis. Ce que l’opposition n’a pas réussi à faire, déplore l’invité de l’émission « Le Moment Politique ».

Patrice Talon ne veut pas d’une foultitude de partis politiques dans le pays. Trois ou quatre partis au plus. C’est son souhait. On peut s’imaginer qu’il voulait deux partis de la mouvance et deux de l’opposition. Il a profité de son moment de télévision pour donner un avertissement ferme à ses opposants. « Ils n’auront pas de choix s’ils veulent aller aux élections dans les années à venir », avertit-il avant de dire  »qu’on ne peut pas remettre les lois en cause ».  Cette position que défend l’homme fort du 6 avril 2016, se justifie par la création de ce qu’il appelle « fonds de commerce » au lieu de parti politique. Pour Patrice Talon, c’est le Prd seul qui est en mesure d’être appelé parti politique digne du nom au Bénin.

A Lire Aussi

Bénin: « Il n’y a aucune menace sur la sécurité du pays » selon Lazare Sèhouéto

Bénin – Législatives 2019: ce qui se passera dans la 11ème circonscription électorale

Parfait FOLLY

Bénin: après sa libération, Prince Sonon Aligbonon donne les raisons de son interpellation

Bénin – supposé recrutement de « mercenaires » : les clarifications du parti Fcbe

Benn Michodigni

Bénin – Impasse électorale: Candide Azannaï au domicile de Boni Yayi

Bénin: Dr Véronique Tognifodé de l’Union Progressiste ratisse large à Cotonou

Angèle M. ADANLE

2 commentaires

gbelok 13 avril 2019 at 14 h 01 min

A mon frère Patrice Talon, président du Bénin

Des blindés en balade dans le pays pour une élection législative! Avez-vous besoin de terroriser à ce point le Peuple souverain avant de réunir les 83 députés qu’il vous faut pour réviser à votre guise la constitution?

Ce qu’on a oublié de dire au président Talon, c’est qu’il faut multiplier par 100 le nombre actuel des blindés en balade dans le pays et destiné à défendre la dictature avant de faire peur aux mouvements de résistants. Nous attendons que le premier blindé tire sur un seul Béninois pour révéler au président Talon quel pays nous lui avons confié le 06 avril 2016.

Nous supplions le président Talon de faire une autoévaluation intime et non assistée de la manière dont il incarne son serment. Il ne peut pas faire cet exercice libérateur sans avoir un problème de conscience. Tout de même, il est le chef suprême des Armées. A-t-il commandé ces engins de guerre pour livrer la guerre au peuple béninois qui est l’employeur du président Talon et de toutes les institutions, l’employeur des Armées et de la Police républicaine et le propriétaire des armes de guerre acquises avec l’argent du peuple et faisant partie intégrante du patrimoine défensif de la Nation et non du patrimoine privé du Président Talon.

Monsieur le Président Patrice Talon, vous avez privatisé le gouvernement, la cour constitutionnelle, la cour suprême, la HAAC, le parlement, le médiateur de la république qui sont devenus des instruments de vassalisation du pouvoir d’État pour traduire vos seules ambitions personnelles du pouvoir. Vous avez privatisé déjà la Police républicaine et maintenant c’est le tour de l’Armée parce que aucun fils de ce pays n’est capable de vous donner de sages conseils pour vous faire savoir et voir que vous êtes sorti de l’esprit et du champ vertueux de votre serment.

Monsieur le Président Talon, vous avez choisi et désigné le peuple béninois qui a été au coeur de votre richesse materielle puisque tout le monde reconnaît que vous êtes la première fortune et le souffle du Bénin d’où votre nom de célébrité politicienne « AGBONON ».

Dans tous les circuits fermés et ouverts les Béninois disent aussi que vous êtes un homme dangereux et que la vie de chaque Béninois ne représente rien à vos yeux. Surprenant pour nous! Alors, le sachant pourquoi avons-nous choisi de vous couronner? Nous entendons de tels qualificatifs partout dans le pays et en déversant vos blindés, puisqu’ils vous appartiennent mais achetés avec l’argent du peuple, dans nos localités, vous prouvez à la face du monde entier que vous êtes prêts, vous et vos proches qui vous encouragent, à déclarer la guerre contre un peuple que vous assimilez à des envahisseurs et des agresseurs parce que vous avez une conception personnelle du pouvoir d’État qui n’est pas celle de RÉPUBLIQUE. Et si nous vous déconseillons ce chemin dangereux! S’il est pour le peuple, il n’épargnera ni vos amis qui vous encouragent dans l’ombre ni vous-même.

Monsieur le Président dépositaire du souffle des Béninois qui jouit à lui seul du droit de vie et de mort sur chaque Béninois, n’oubliez pas que tout ce que vous possédez, et en affaire et en situation de pouvoir d’Etat, c’est au prix de la sueur, du sacrifice et de l’amour des filles et fils de ce pays à votre égard. Vous et vos proches oublient trop facilement cette vérité. Vous n’aurez jamais pu devenir un fortuné sans les paysans, sans les largesses des régimes politiques, sans des députés, sans des hauts cadres à des postes de décisions qui ont accepté de jouer en votre faveur moyennant une rente de corruption.

Votre sortie télévisuelle du jeudi 11 avril 2019 invitant vos deux partis jumeaux siamois à battre campagne avec des blindés qui les accompagnent à leur victoire sans combattre prouvent à suffisance votre belle manière d’incarner la fonction présidentielle dans la perspective d’un lac de sang si c’est le chemin à emprunter pour vous permettre d’avoir vos 83 députés dont les noms sont connus déjà.

Alors mon frère Patrice Talon, il faut bien un Simon Narcisse Tomety pour te dire ces vérités parce que faisant partie du peuple, il a aussi le privilège d’être votre employeur donc je refuse d’être votre obligé au nom de ma part de souveraineté nationale inaliénable. Votre entourage est dominé par des jouisseurs, excusez-nous de vous le dire crûment; je dois vous parler avec mon coeur et en toute responsabilité. Vous êtes un président qui a trop de permissions et qui se fiche pas mal des restrictions et des interdictions républicaines et du GBESSOU ou lois naturelles. Dieu vous a donné le pouvoir non pas pour faire la guerre à votre peuple mais pour trois motifs : s’humilier devant le peuple, rendre le développement désirable par ce peuple et protéger le peuple contre les injustices. C’est la synthèse de la dimension humaniste de votre serment.

Monsieur le Président, vous et votre entourage, vous ne consentez aucun sacrifice proportionnel mais en permanence vous nous imposez des sacrifices en entretenant la vie chère. A qui profite sincèrement la république sous votre régime? Dites-nous la vérité monsieur le Président en parlant à vous même et en interpellant votre coeur. Oui pour nous réduire au silence et bercer par le courant de la peur, vous avez créé un instrument de répression pour nous jeter en prison, la piteuse CRIET, un instrument de culte dictatorial savamment pensé non pas pour dire le droit mais pour transformer le Bénin en un État de non-droit et nous y sommes.

Monsieur le Président quand vous venez dénoncer à la télé nationale le 11 avril 2019 les chantages des députés qui vous rançonnent et sucent à leur profit le bien commun avant de voter une loi, c’est normal à notre sens qu’ils aient cette exigence immorale à votre égard. La plupart des députés et ministres sont des gens à qui vous servez d’échelles pour leur ascension depuis des décennies. Leurs consciences n’étant pas empathiques, les chantages pour engranger des rentes de corruption sont normaux dans l’inconscience puisque nous sommes dans un État voyou. Ce n’est pas seulement sous le Président Yayi que l’Etat fut voyou. Sous vous, il continue de l’être. Quel est le Béninois ordinaire qui connaît le salaire du Président et des ministres? Aucun! C’est du top secret. Quel est le Béninois qui a une idée de tous les contrats PPP qui endettent notre pays sur plusieurs générations? Aucun, et personne ne doit en parler au non de l’opacité des réformes publiques.

Pourquoi cher Président, avez-vous prescrit à vos députés puisqu’ils ne défendent plus les intérêts du peuple, de voter les yeux fermés les lois de la république? La suite, c’est la production à foison et à suffisance des lois de haute toxicité sociale, celles concernant la réforme merdique et irréaliste du système partisan sur fond d’un particularisme abolissant tous les acquis démocratiques issus de la Conférence nationale fait le buzz en ce moment sur toutes les ondes du monde. Le président dit qu’il n’est pas gêné de ça. Notre président de la république a son plan qu’il déroule pour dérouter pense-t-il son peuple naïf.

Monsieur le Président de la République, en mai 2019, vous aurez la concentration de tous les pouvoirs de toutes les institutions entre vos mains. Ce serait la fin de votre acharnement contre l’opposition politique. Oui, vous avez pris soin d’anéantir la société civile. Mais monsieur le Président, croyez-vous sincèrement que vous continuerez à aussi facilement faire régner sur le peuple souverain du Bénin, la terreur et la peur? Je vous laisse la sagesse d’explorer cette question.

L’histoire retiendra de vous que vous avez été un président qui déteste le dialogue, qui aime tout régler par la force de la violence et toujours prêt à humilier toute personne en face dès la moindre contradiction. C’est un style de leadership qui n’est pas rassembleur et cette fausse réforme du système partisan est inefficace pour l’émergence de la NATION BÉNINOISE. La fragmentation sociale aboutit toujours à une déflagration institutionnelle. Vous divisez et opposez les Béninois. Vous n’êtes pas dérangé de faire croire que seuls les bons béninois sont dans votre camp. Permettez-nous de vous signaler, monsieur le Président, que de nombreux députés figurant sur vos deux blocs siamois affichent des noms dont les parcours et la moralité sont bien connus des Béninois. C’est cela la rupture par la vertu et un nouveau départ pour la production des miracles? Non monsieur le Président.

Avant qu’il ne soit trop tard, je vous recommande d’arrêter ce processus électoral pour emprunter le chemin de la vérité et de la consolidation de l’unité nationale. On n’est pas président de la république pour diriger moins de 50% de son peuple. Que le parlement ne soit pas représentatif de la diversité des Béninois, c’est simplement indigne dans une république.

Je vous remercie de votre intérêt.

Cotonou, le 13 avril 2019

Simon-Narcisse Tomety
Institutionnaliste de réformes publiques
Défenseur de la sacralité des acquis démocratiques

Répondre
mlk 13 avril 2019 at 16 h 23 min

le president talon dit que le prd seul est dinge detre appele parti politique au benin
mais cher president
il ne va pas aux élections
la cena na pas retenu le parti de hougbjedji
l’actuel president de l’assemblee nationale

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus