Bénin – Election inclusive: message de la conférence épiscopale, médecin après la mort ?

La Conférence épiscopale du Bénin a exhorté les acteurs politiques à préserver la paix et à organiser les élections législatives inclusives. Si le message est à saluer pour son caractère pacifique quand bien même il est au relent de prudence et de méfiance, c’est le moment choisi pour délivrer le message qui parait curieux.

Depuis l’historique conférence des forces vives de la nation, l’Eglise catholique joue un rôle prépondérant dans la recherche de la paix et la restauration de la démocratie acquise au prix de lourds sacrifices. Depuis près de trois décennies, elle n’a jamais dérogé à cette tradition. Mais en 2019, l’église catholique fait une exception jamais imaginée. Elle ne s’est pas officiellement impliquée dans les débats comme à l’accoutumée pour une sortie de crise. Si certains responsables de l’Eglise ont pris sur eux la charge de prendre la parole pour dire ce qu’il pense de l’impasse, cela n’engage en rien la conférence épiscopale qui demeure l’instance suprême autorisée à prendre des décisions au niveau national.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Bénin – Impasse électorale: le message de la Conférence Épiscopale au peuple [/su_heading]

La conférence épiscopale a choisi, pour des raisons qui lui sont propres, d’appeler aux élections inclusives alors que les carottes semblent déjà bien cuites. Après la concertation des présidents d’institutions le 1er avril, le conseil des ministres du 3 avril et la sortie médiatique du chef de l’Etat le jeudi 11 avril, personne ne peut plus espérer que les partis recalés par la Cena et ceux coincés par les pièces administratives soient en mesure d’aller aux élections le 28 avril prochain.

Appeler les acteurs à œuvrer pour des élections inclusives pendant que la campagne électorale se déroule déjà n’est rien d’autre qu’arriver comme un cheveu sur la soupe. Les récentes empoignades buccales entre le palais de la Marina et la conférence épiscopale suite à une intervention de son président pourrait, peut-être,  justifier ce retrait stratégique des nouveaux patrons de l’Eglise catholique au Bénin.

2 commentaires
  1. Sikirou dit

    Ces évêques talon les jugent crains de maïs qui n’ont pas de décision devant le ?. Seul le dieu de parfaite GBANAMÈ peut le convaincre. Constaté vous simplement que c’est un vrai démon

  2. Ledoux dit

    Le démon est facile à chasser.!! Le vieux couple le sait bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus