MoovInter

Bénin: après sa libération, Prince Sonon Aligbonon donne les raisons de son interpellation

Le samedi 20 avril 2019, Prince Sonon Aligbonon a été interpellé par une horde de policiers dans un marché à Bohicon. Relâché plus tard dans la soirée, il a expliqué les raisons de sa présence au marché et ce qui lui est reproché par la police républicaine.

Dans la journée du samedi 20 avril 2019, Prince Sonon Aligbonon à la tête d’une équipe s’est rendu au marché de Bohicon pour échanger les femmes et leur distribuer des mouchoirs blancs en signe d’une résistance pacifique contre la tenue des législatives sans l’opposition. Mais il n’a pas eu le temps d’aller au bout de son oeuvre avant l’intervention de la police.

--- Publicité---

« Pendant que nous y étions, une horde de policiers fortement armés fit irruption interdisant tout accès et ordonnant à tout le monde de vider les lieux.
Face à ces ordres, j’entrepris une discussion avec le commandant qui était en face de moi lui demandant pourquoi interdire l’accès à un marché public dans un pays comme le bénin? Il me répond : Mr Prince, la période est sensible et vous le savez.
J’ai répondu :c’est très grave ce que vous dites là.
Ils se sont donnés la main pour former un bloc pour nous reculer, et pour nous suivre jusqu’à être rassurés que nous sommes complètement sortis des périphériques du marché. Des jeunes qui prenaient des images ont vu leurs portables arrachés, le mien vient d’être récupéré auprès d’un proche collaborateur dont la situation avait mis en déroute. Après ces événements a suivi l’étape de mon interpellation pendant que je rentrais chez moi pour disant m’expliquer ».

Libéré après plusieurs heures, le président du Cadre de Concertation des Jeunes Opprimés (CCJO ZOU) s’est indigné contre l’intervention des policiers.  « À l’étape actuelle, je tiens à rassurer les uns et les autres que je vais bien et que je suis rentré rejoindre les miens. Mais je trouve vraiment dommage que l’on m’interdise d’entrer dans le marché de Bohicon aujourd’hui pour échanger avec mes concitoyens. Je suis fils de Bohicon et j’ai mené de rudes combats consacrés à l’arrivée de ce système et aujourd’hui ce qui se passe me désole », a déploré Prince Sonon Aligbonon.

--- Publicité---

5 commentaires
  1. Gbetoho A dit

    J’ai suivi avec honte abimbola et Lazare qui sont venus mentir pour le peuple et la communauté internationale soit disant qu’il y a la sécurité au Bénin c’est faux et archi faux mon pays va très mal

  2. paysan dit

    Il est à genoux devant un gros legba comme le montre la photo. Si c’est pour prier pour mieux commettre les actes de violence électorale tels qu’il le professe,, il se trompe.

  3. Amelagbe dit

    Le clan Talon est aux abois et il lache les chiens…
    Sa deroute a commence et est inexorable…

  4. Florian dit

    Penses-tu que tu es un ancien chef d’Etat pour suivre les pas de ces deux griots d’ancien chef d’état, tu n’a rien vu car si tout est permi dans le pays des aveugles tel ne serait pas le cas au Benin

  5. Paysan dit

    @amelagbe c’est avec ton sang que ce feticheur veut nourrir son fétiche

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus