Algérie: les manifestants toujours à l’œuvre

En Algérie, les manifestations ne faiblissent pas après le limogeage de symboles du régime Bouteflika et les incarcérations dans des affaires de corruption présumée. Les « vendredeurs » et « vendredeuses » se sont à nouveau donné rendez-vous pour manifester ce vendredi 26 avril 2019.

La nouvelle révolution algérienne amorcée depuis le vendredi 22 février 2019, a connu ce jour son 10e vendredi consécutif au rythme des slogans anti-système Boutéflika. En début de matinée, des centaines de manifestants se sont rassemblées devant la Grande Poste, bâtiment emblématique du cœur d’Alger, devenu le point de ralliement de la contestation, aux cris de “Système, dégage!”, “Vous avez pillé le pays, voleurs!”.

« Après la tête, le tronc et la queue du régime Bouteflika doivent partir », c’est du moins ce que réclament les manifestants après la chute de Bouteflika.

Les manifestants refusent particulièrement que les structures et figures de l’appareil hérité de M. Bouteflika organisent la présidentielle fixée au 4 juillet et réclament une transition dirigée par des structures ad hoc. Cependant, l’armée algérienne insiste pour que le scrutin se tienne au date fixée: « Pas de demi-révolution », titre à La Une l’édition week-end du quotidien El Watan, appelant à continuer à manifester jusqu’au départ du “système” dans son entier. Des appels similaires continuent d’être relayés sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus