Algérie: les manifestants ne lâchent pas du lest

Les manifestants n’entendent pas arrêter leur protestation avant le 28 avril prochain, malgré la démission annoncée du président Abdelaziz Bouteflika.

Depuis 10h, les notaires et les huissiers manifestent contre la nomination de Slimane Brahmi au poste de ministre de la Justice. Sur la place de la Grande Poste, un débat public sur le nouveau gouvernement s’est organisé. Le journaliste Khaled Drareni a publié sur les réseaux sociaux des images de cette mobilisation. Comme le rapporte le journal algérien El Watan, ce mardi après-midi, les étudiants sont venus marcher dans les rues pour faire entendre leurs revendications.

« Lorsque le peuple réclame le changement, les constitutions perdent leur légitimité », « la lutte jusqu’à la chute du régime », « Nous ne voulons ni Gaid Salah, ni Said », « Nous sommes venus chasser le gang », peut-on encore lire.

Le site d’informations Tout sur l’Algérie a indiqué qu’un dispositif anti-émeutes et plusieurs policiers équipés de matraques ont été déployés aux abords de la manifestation.

« Vous avez vos lacrymos, j’ai des livres à gogo », peut-on lire sur des pancartes.

L’Algérie est en proie aux manifestations anti-Bouteflika depuis 6 vendredi consécutifs. L’annonce de la démission de Bouteflika ne comble plus les attentes de cette révolution algérienne qui entend poursuivre la lutte jusqu’à la chute de l’ensemble du régime.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus