A la Une Société

Match Bénin – Togo: les explications de la police sur l’incident intervenu au stade

Un détachement de la police républicaine au défilé militaire du 1er août 2018

La bavure policière intervenue au stade Général Mathieu Kérékou a suscité une vive polémique au sein de l’opinion. Les commentaires vont dans tous les sens sans une précision sur les raisons de l’acte posé par l’agent de sécurité. Reçu sur Frissons radio ce mardi 26 mars 2019, le Porte-parole de la Police Républicaine est revenu sur les circonstances dans lesquelles le coup de feu est arrivé.

Deux morts et des blessés. C’est le bilan du drame survenu au stade Général Mathieu Kérékou à l’occasion du match Bénin – Togo. Mais que s’est-il réellement passé pour que le policier fasse usage de son arme? Pascal Odéloui répond au micro de Frissons radio : « Le fonctionnaire de la Police Républicaine qui avait l’arme était chargé d’assurer la protection rapprochée d’une autorité. Quand cette dernière voulait rentrer dans le stade, il y avait un grand monde qui avait commencé à pressurer l’autorité. C’est donc en voulant protéger l’autorité dans cette pressurisation qu’il y a eu un coup accidentel qui est parti en faisant deux blessés ».

Pour le Porte-parole de la Police Républicaine, cet acte posé par son élément n’est pas à encourager. C’est pourquoi des sanctions sont déjà tombées après que les responsabilités soient situées. « Un policier ne doit pas être un bourreau pour la population. Les sanctions ont déjà commencé par tomber. Le  Directeur départemental de la Police Républicaine du Littoral et le commissaire territorialement compétent de la zone sont relevés de leurs fonctions », a-t-il précisé.

Regrets et excuses…

La Police Républicaine regrette ce qui s’est passé. C’est ce qu’il convient de retenir des propos de Pascal Odéloui qui, au nom de la hiérarchie policière a présenté des excuses aux victimes. « Sincèrement nous le regrettons, et nous présentons toutes nos excuses aux victimes et à leurs parents », a-t-il conclu.

A Lire Aussi

Sri Lanka – Messe de Pâques: plus de 200 morts après des attaques meurtrières des églises

Vincent DEGUENON

Bénin: « Il n’y a aucune menace sur la sécurité du pays » selon Lazare Sèhouéto

Bénin – Législatives 2019: ce qui se passera dans la 11ème circonscription électorale

Parfait FOLLY

Bénin: la police invite les populations à dénoncer les projets d’actes attentatoires à la paix

Bénin – supposé recrutement de « mercenaires » : les clarifications du parti Fcbe

Benn Michodigni

Bénin – Impasse électorale: Candide Azannaï au domicile de Boni Yayi

1 commentaire

Afissou 26 mars 2019 at 16 h 43 min

Une excuse après la mort est non sens .La protection d’une personne a coûté la vie à deux personnes et plusieurs blessés et vous parlez des sanctions,elles peuvent réveiller ceux qui sont mort ou prendre soin des blessures causées.
C’est triste pour notre Nation.
RIP, pour ceux qui sont morts.

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus