A la Une Sécurité

Mali: les terroristes infligent une lourde perte à l’armée

Ph: Attaque-mali-Sahel Intelligence

Une vingtaine de militaires maliens ont été tués ce dimanche 17 mars lors d’une attaque des terroristes contre un camp de l’armée dans le centre du Mali, selon des sources locales.

Le camp des Forces armées maliennes (FAMa) de Dioura est situé dans une zone où est active depuis plusieurs années la katiba (cellule combattante) Macina, liée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), entre la capitale régionale, Mopti, et la frontière mauritanienne. Conduisant des voitures et des motos, les assaillants ont pris d’assaut le camp militaire le dimanche, lors d’un assaut contre l’armée alors que le pays luttait contre la propagation de groupes extrémistes et l’instabilité. « Le bilan provisoire est de 21 corps découverts », a déclaré une source militaire, également confirmée par une autorité locale. Il y a eu « beaucoup de dégâts », a déclaré une deuxième source militaire. «Nos hommes ont répondu. J’ai vu au moins quatre corps sur le sol », a-t-il déclaré.

Citant des sources anonymes, l’agence de presse malienne AMAP a porté  le bilan à 20 morts, affirmant que des dommages matériels importants avaient été causés après l’attaque par des hommes armés non identifiés du camp de Dioura. L’attaque, qui a débuté vers 6 heures du matin, a été menée « par des groupes terroristes sous le commandement de Ba Ag Moussa, colonel de l’armée des déserteurs »,  selon les Forces armées maliennes (FAMA). L’aviation militaire et des renforts au sol ont été envoyés à la base, a ajouté la FAMA. La mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali, Minusma, a déclaré qu’elle avait  organisé l’évacuation médicale de «plusieurs blessés» dans le cadre de son assistance mutuelle aux forces armées maliennes. Dans un tweet , le président Ibrahim Boubakar Keita a déclaré que le peuple malien était « uni contre des actes terribles ».

Des attaques ciblées?

L’attaque intervient moins d’une semaine après qu’au moins six soldats maliens ont été tués lorsque leurs véhicules ont été frappés par des engins explosifs improvisés, également dans la région de Mopti, le 12 mars. Et le 10 mars, les forces françaises déployées dans le cadre de l’opération Barkhane ont été attaquées dans la région d’Akabar, dans la région de Menaka, à l’est du Mali, près de la frontière avec le Niger. Quatre militaires français ont été blessés, a annoncé l’état-major des forces armées. Les troubles récents au Sahel ont commencé au Mali en 2012 avec le soulèvement séparatiste Touareg contre l’État, qui a été exploité par des extrémistes islamistes liés à al-Qaïda qui ont pris des villes clés dans le nord du désert.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies prévoit une visite au Mali au mois de mars pour un examen plus approfondi du conflit, qui doit faire face au délai de juin pour prolonger le mandat de la force de maintien de la paix Minusma. La mission Minusma a débuté en 2013 et compte environ 12 000 soldats et 1 750 policiers déployés. Plus tôt ce mois-ci, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, avait averti dans un rapport que la sécurité se détériorait dans le pays, avec des attaques terroristes à la hausse, visant les casques bleus, les troupes maliennes, les forces internationales et les civils. En 2018, il y a eu 237 attaques terroristes, contre 226 en 2017 et 183 en 2016, indique le rapport.

G5 Sahel

En janvier, 10 soldats de la paix tchadiens de Minusma ont été tués lors d’une attaque contre leur base à Aguelhok, dans le nord de la région de Kidal. Cinq jours plus tard, deux soldats de la paix du Sri Lanka sont morts et six autres ont été blessés près de Douentza  à Mopti après que leur véhicule eut heurté une mine. Un soldat de la paix du Burkina Faso a été blessé la veille dans un attentat à la bombe près de Douentza. Au total, 18 soldats de la paix ont été tués et 77 autres blessés lors d’attaques au cours des six derniers mois, a précisé le rapport.

La France, qui dirigera la visite du Conseil au Mali avec l’Allemagne, demande des fonds supplémentaires pour renforcer la Force commune du  G5 pour le Sahel mise en place par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad en 2015, une initiative lancée  par la France. Le 1er mars, neuf soldats maliens attachés à la Force commune du G5 pour le Sahel ont été tués lorsqu’un véhicule dans lequel ils se trouvaient a été frappé par une bombe placée  au bord d’une route à Boulkessi, dans la région de Mopti, près de la frontière avec le Burkina Faso.

A Lire Aussi

Sri Lanka – Messe de Pâques: plus de 200 morts après des attaques meurtrières des églises

Vincent DEGUENON

Bénin: « Il n’y a aucune menace sur la sécurité du pays » selon Lazare Sèhouéto

Bénin – Législatives 2019: ce qui se passera dans la 11ème circonscription électorale

Parfait FOLLY

Bénin: la police invite les populations à dénoncer les projets d’actes attentatoires à la paix

Bénin – supposé recrutement de « mercenaires » : les clarifications du parti Fcbe

Benn Michodigni

Bénin – Impasse électorale: Candide Azannaï au domicile de Boni Yayi

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus