MoovInter

Les algériens organisent les plus grandes manifestations anti-Bouteflika

Les manifestants ont envahi les rues et les places de la capitale après les prières du vendredi 15 mars. Nombre d’entre eux étaient drapés du drapeau rouge, vert et blanc de l’Algérie. Des manifestations ont également eu lieu à Béjaïa, Oran, Batna, Tizi Ouzou et dans d’autres villes.

«Bouteflika et ses hommes doivent partir le plus tôt possible», a déclaré un étudiant parmi les manifestants. Bouteflika a annulé lundi sa décision de se représenter pour un autre mandat après des semaines de manifestations contre lui, mais il s’est abstenu de renoncer à ses fonctions et a déclaré qu’il resterait jusqu’à ce qu’une nouvelle constitution soit adoptée.

--- Publicité---

Les Algériens ont rapidement rejeté son offre et exigé que le président, âgé de 82 ans, passe le pouvoir à une jeune génération de dirigeants capables de créer des emplois et d’éliminer la corruption. Bouteflika perd ses alliés ces derniers jours depuis son retour d’un traitement médical en Suisse. Un haut responsable du FLN a déclaré lors d’une interview jeudi soir que le président au pouvoir était «de l’histoire maintenant». Les propos de Hocine Kheldoun à la télévision Ennahar ont été un autre revers pour Bouteflika, qui espérait pacifier les Algériens en promettant de prendre des mesures pour changer le paysage politique dominé par une élite dirigeante depuis des décennies. Kheldoun, ancien porte-parole du parti au pouvoir, est devenu l’un des plus hauts responsables du FLN à rompre publiquement avec Bouteflika, affirmant que le parti devait regarder en avant et soutenir les objectifs des manifestants. Certains parents avaient amené des enfants à la manifestation de vendredi, indiquent les médias locaux. «Je veux un avenir meilleur», a déclaré un jeune garçon de 10 ans, drapé dans un drapeau national.

Appel à la « patience »

L’un des religieux les plus influents d’Algérie a appelé à la patience. « Soyons optimistes, l’Algérie doit surmonter sa crise », a déclaré Mohamed Abdelkader Haider, d’une mosquée d’Alger. Bouteflika a rarement été vu en public depuis un accident vasculaire cérébral en 2013. Les manifestants disent qu’il n’est plus apte à occuper un poste. Le nouveau Premier ministre, Noureddine Bedoui, a déclaré jeudi qu’il formerait un gouvernement temporaire de technocrates et d’autres personnes pour œuvrer en faveur d’un changement politique, et a exhorté l’opposition à se joindre au dialogue.

--- Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus