France – Les Champs-Elysées saccagés: Emmanuel Macron promet une réaction “forte” face aux violences

Les gilets jaunes voulaient faire de ce samedi un tournant de leur mobilisation, avec l’Acte XVIII qui intervenait à la sortie du grand débat national. Mais dès le début de la journée, de violents heurts se sont produits à Paris, dans le quartier des Champs-Elysées, avec de nombreux incendies volontaires et des pillages de magasins. 237 personnes ont été interpellées dans la capitale.

La journée de mobilisation des gilets jaunes du samedi 16 mars a connu des débordements à Paris sur les Champs-Elysées. Des boutiques et des banques ont été saccagées, le restaurant le Fouquet’s a été incendié.

C’était une journée « ultimatum » à Emmanuel Macron et au gouvernement, quatre mois après le début du mouvement des Gilets jaunes et au moment où s’achève le grand débat national. Et les manifestants ont répondu présent. Selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur, 32 300 manifestants ont été dénombrés en France pour l’acte XVIII des Gilets jaunes : la mobilisation est légèrement repartie à la hausse, puisque 28 600 personnes s’étaient mobilisées pour l’acte XVII.

https://youtu.be/UGRuZ2-Iv-o

Après des dernières plutôt « calmes », le dix-huitième samedi de mobilisation des Gilets jaunes a été marqué par des violences à Paris. Sur les Champs-Élysées, la tension est rapidement montée avant 11 heures, les premières barricades sont apparues et les forces de l’ordre ont utilisé canon à eau et grenades lacrymogènes pour repousser les manifestants. 237 personnes ont été interpellées et 64 placées en garde à vue selon la préfecture de police de Paris , qui précise que 17 membres des forces de l’ordre ont été blessées, tout comme un pompier et 42 manifestants.

De sérieuses dégradations ont été commises samedi sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris, lors de l’Acte XVIII des gilets jaunes. Vitrines brisées, pillages, incendies… Les commerces touchés sont nombreux.

Emmanuel Macron , de retour à Paris samedi soir, a annoncé attendre des “propositions” de l’exécutif pour mettre fin à ces violences des gilets jaunes. Le président français a promis des “décisions fortes” en réponse aux dégâts commis sur les Champs-Élysées.

“Nous avons aujourd’hui des gens qui essayent par tous les moyens (…) d’abîmer la République pour casser, pour détruire au risque de tuer”, a affirmé le chef de l’État. “Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre mais très clairement la journée d’aujourd’hui montre que sur ces sujets-là et ces cas-là, nous n’y sommes pas”, a-t-il admis.

“Je veux qu’on analyse les choses, et que, dans les meilleurs délais, on puisse prendre des décisions fortes, complémentaires, pour que cela n’advienne plus”, a-t-il affirmé. “C’était l’objectif de la réunion de ce soir qui sera suivie par des propositions faites par les ministres et le Premier ministre”, a-t-il dit, précisant être attaché “au droit constitutionnel”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus