Bénin – ODD: Des canaris frigos pour limiter le gaspillage alimentaire

La Coalition d’organisations volontaires et solidaires pour des actions de développement communautaire (COSAD-Bénin) s’est engagée à favoriser la conservation de certains produits maraîchers. Ce projet, pour sa phase expérimentale, démarre dans la commune  d’Agbangnizoun, une localité située à 151 Km de Cotonou, Bénin, et se déroulera dans l’arrondissement de Sahè. L’initiative pourra impacter positivement une coopérative de femmes potières, de vendeuses de poteries dans les marchés locaux et de des jeunes hommes qui apportent de l’argile de la carrière à l’atelier de poterie.

D’après l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), plus de 25 000 personnes meurent chaque jour de sous-nutrition et plus de 800 millions de personnes sont chroniquement en sous-nutrition. Dans le même temps, selon une analyse menée en 2011 par la FAO, on estime que la quantité de gaspillage alimentaire dans le monde s’élève à 1,3 milliard de tonnes par an, soit environ un tiers de la production totale de denrées alimentaires destinée à la consommation humaine. Cette quantité qui représente la somme de 750 milliards d’euros, suffirait largement à alimenter les 868 millions de personnes mourant de faim dans le monde.

Le gaspillage alimentaire a un coût énergétique car l’alimentation est une des premières sources d’émissions de gaz à effet de serre. Depuis la production jusqu’au traitement des déchets, le cycle de vie de la nourriture d’un individu moyen représente environ 20% du total de ses émissions quotidiennes selon l’Institut Bruxellois pour la gestion de l’Environnement.

Il est donc impérieux d’agir et de trouver des solutions techniques, pratiques, économiques et durables afin de faire face, de façon durable, au phénomène de gaspillage alimentaire.

Au Bénin, un des problèmes auxquels les agriculteurs sont souvent confrontés est la difficulté de stocker les aliments, notamment les fruits et légumes, par manque de système de conservation. La difficulté d’accès à l’électricité, le manque ressources financières pour disposer d’un frigo électrique font que beaucoup d’aliments pourrissent. Les femmes font de nombreux allers/retours aux marchés pour des achats presque quotidiens avec comme conséquence la fatigue, le prix de transport et autres. Des vendeuses de fruits et légumes perdent du revenus et bien d’autres atouts qu’on pouvant pourtant conserver. Les foyers sont impactés, les vendeuses aussi (et donc les producteurs) et le problème de sous-nutrition perdure de manière importante. Pour donc pallier cette situation et aux fins d’éviter le gaspillage des aliments, la Coalition d’Organisations Volontaires et Solidaires pour des Actions de Développement Communautaire a identifié une technologie de « frigos du désert » ou « Canaris frigo » pour la conservation desdits aliments.

C’est donc une œuvre d’art de réalisation de frigo qui fonctionne sans électricité en valorisant les matériaux locaux, notamment l’argile et le sable. En mettant en place ce projet, le Cosad-Bénin entend apporter un accompagnement technique aux femmes potières de Sahè dans la commune d’Agbangnizoun à travers la formation et la mise en place de l’expertise de Canaris frigo au Bénin. Des bénéficiaires de ce projet, tout comme ce fut le cas dans les zones désertiques comme le Niger et le nord du Mali, se réjouissent et économisent davantage de nourriture surtout issues des cultures maraîchères.

Ces canaris frigos sans énergie électrique,  restent un potentiel énorme de développement pour cette solution qui semble vraiment pertinente et qui concourt à la préservation de l’environnement et surtout la gestion rationnelle des ressources alimentaires. Ce qui, par ricochet, permettra la mise en œuvre de l’objectif de développement durable (ODD) qu’est l’utilisation des ressources renouvelables.

Le projet en phase expérimentale a déjà permis la rencontre avec les femmes potière de la localité bénéficiaire pour discuter de leurs problèmes et de leur engagement surtout pour lutter contre le phénomène du gaspillage alimentaire au Bénin. L’atout principal de la poterie est la disponibilité non négligeable de carrière d’argile dans la commune d’Agbangnizoun, notamment dans l’arrondissement de Sahè. Il y a certes des difficultés mais les initiateurs rassurent des efforts qui seront déployés pour la réussite du projet pour le bonheur des populations béninoises et la mise en œuvre de la résolution de la FAO quant à la gestion rationnelle des aliments dans le monde. L’objectif de l’initiative est

« l’amélioration de la sécurité alimentaire et les revenus des femmes potières par la vulgarisation de la technologie de canaris frigos afin de réduire les pertes et gaspillages alimentaires ».

L’initiative qui profitera à tout le peuple béninois n’aura que des effets positifs puisqu’il agit directement sur la préservation de l’environnement et surtout la réduction du gaspillage alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. Accepter En savoir plus