A la Une Politique

Bénin: Nicephore Soglo fait le point de sa discussion avec Patrice Talon

Nicéphore Dieudonné Soglo, le 17 mai 2018 à une conférence de presse à Cotonou - Bénin

Après avoir été reçu par le chef de l’Etat, le président Patrice Talon le Mercredi 20 Mars 2019, le premier président de l’ère du renouveau démocratique a fait ce jeudi 21 mars,  lendemain de son tête à tête avec le président de la république une déclaration dans laquelle il a indiqué que l’actuel locataire de la Marina est désormais disposé à revenir aux acquis de la conférence nationale.

La rencontre entre le président de la république, Patrice Talon et le président-maire Nicephore Soglo est porteuse d’espérance. C’est du moins ce que l’on peut affirmer suite à la déclaration du président d’honneur du parti de la renaissance du Bénin. Une déclaration rendue publique ce Jeudi 21 mars 2019 dont voici l’intégralité.

Déclaration de bonne foi du président-maire Soglo:

A l’issue des discussions entre les deux personnalités ce mercredi 20 mars, aucune déclaration n’a été faite à la presse. C’est pour éviter les supputations, rendre transparent leurs rencontre et rassurer l’opinion nationale que le président Nicephore Soglo a tout de suite réitéré l’engagement qu’il s’est fait de ne jamais mentir au peuple béninois. « J’ai pris à la conférence nationale souveraine de février 1990, où notre pays était dans le chaos et au bord de la guerre civile, l’engagement que je ne mentirai jamais à la nation béninoise ; car je prends notre peuple pour un peuple d’adultes majeurs et responsables. » a-t-il fait savoir dans sa déclaration avant de poursuivre: « J’ai aussi prêté, dans ce pays, mon unique serment de Président de la République entre la vie et la mort, après un court et dramatique séjour à l’hôpital du Val-de-Grace à Paris. Les plus anciens s’en souviennent.
Je crois donc être assez bien placé pour dire qu’il n’y a pas de compromis entre la dictature et la démocratie, quel qu’en soit la définition ou le contenu. » indique-t-il.

La solution du patriarche pour un retour à la paix:

Dans sa déclaration, l’ancien président de la république estime que la seule voie de sortie de crise passe par une élection inclusive, ouverte à tous. « … Et dire sans équivoque, qu’il n’y aura pas d’élection crédible et pacifique au Bénin que si tous les citoyens, riches ou pauvres y participent librement. Je suis personnellement prêt – je l’ai prouvé – à mourir, s’il le faut pour cela. Car, comme le dit un grand homme, on ne met sa vie en jeu que pour son propre pays » peut-on lire dans la déclaration.

A le croire, aucun consensus, aucune autre voie de sortie de crise ne peut être envisagé en dehors des acquis de la conférence des forces vives de la nation qui a ouvert la voie à la démocratie. Une démocratie qui ne saurait faire objet de compromis.

L’appel du président-Maire pour un retour aux lois démocratiques:

« Pour l’heure, estime Nicephore Soglo, il nous faut simplement et avec fierté, revenir aux lois démocratiques issues de la conférence des forces vives de la nation de février 1990 qui ont fait leur preuve. » Lesdites lois sont le socle de toutes les élections, notamment celle de 2016, qui a vu le succès du Président Patrice TALON chaleureusement félicité par le Premier Ministre Lionel ZINSOU son adversaire du second tour. Et ce geste a été un honneur pour notre pays; indique-t-il dans sa déclaration.

Soglo invite à l’abandon des réformes électorales actuelles qui nécessitent un consensus:

Pour le président d’honneur du parti de la renaissance du Bénin, il urge d’abandonner pour le moment les réformes électorales qui ont contribué à la crise le temps d’y revenir pour les approfondir. « La réforme du système partisan et du code électoral qui nous a conduit dans une dangereuse impasse doit être gelée et discutée après ces élections dans un climat apaisé et consensuel après un référendum ; c’est-à-dire une consultation de toute la nation comme en 1990. Et ce sera alors une victoire collective. Sinon, c’est la voix ouverte à l’incertitude, à la violence et qui sait (souvenons-nous de Kolwezi), à l’intervention étrangère » précise-t-il.

Après avoir faire le tour d »horizon de l’histoire politique du pays et ce qui a conduit à la conférence des forces vives de la nation, le président Soglo a estimé qu’après un quart de siècle, il est peut-être temps de faire un bilan réclamé depuis longtemps. « Mais, prévient-il, faisons-le dans l’esprit de la conférence nationale souveraine de février 1990 qui avait permis à une nation divisée de retrouver son unité, sa vigueur et sa dignité et s’insérer harmonieusement dans le quadrilatère Nigéria, Dahomey, Togo, Ghana de la CEDEAO. ».

Un coin de voile levé sur sa rencontre avec Talon:

« J’ai rencontré le Chef de l’Etat et comme disait le Président ZINSOU, le Bénin n’a pas fini d’étonner et de s’étonner. Au bout d’une longue discussion, le Président Patrice TALON est disposé à faire baisser la tension dans le pays et à renouer avec les acquis de la conférence nationale » a-t-il fait savoir. Pour se faire, il s’est engagé sur deux points majeurs:
1. Il mettra tout en œuvre, malgré les difficultés prévisibles, pour revenir aux lois qui ont permis son élection en 2016 sans qu’il soit besoin de toucher à la constitution de 1990.
2. Il est aussi disposé à examiner favorablement, et dans les meilleurs délais, la proposition de Monseigneur GANYE, d’une loi d’amnistie en faveur de nos compatriotes actuellement en exil.

« C’est là, le résultat des médiations de la CEDEAO, des Nations Unies, des nombreuses ambassades, de toutes les composantes de la nation et naturellement, du dynamisme de l’opposition. Je souhaite pour ma part, qu’en cette période pascale, le Dieu des chrétiens, Allah, Mahou, les mânes de nos ancêtres, bénissent tous nos efforts et inspirent le Chef de l’Etat », conclut-il dans sa déclaration.

A Lire Aussi

Sri Lanka – Messe de Pâques: plus de 200 morts après des attaques meurtrières des églises

Vincent DEGUENON

Bénin: « Il n’y a aucune menace sur la sécurité du pays » selon Lazare Sèhouéto

Bénin – Législatives 2019: ce qui se passera dans la 11ème circonscription électorale

Parfait FOLLY

Bénin: la police invite les populations à dénoncer les projets d’actes attentatoires à la paix

Bénin: après sa libération, Prince Sonon Aligbonon donne les raisons de son interpellation

Bénin – supposé recrutement de « mercenaires » : les clarifications du parti Fcbe

Benn Michodigni

6 commentaires

Delphin GOUVOEKE 21 mars 2019 at 20 h 46 min

Le Bénin est vrai laboratoire de démocratie. Vive, Béhanzin, Akaba, Bio guerra et consorts

Répondre
Seko 21 mars 2019 at 22 h 19 min

Des élucubrations !! Wait and see. Trop beau et trop facile pour être vrai. Stratégie de communication biaisée et vouée à l’échec. Il rêve! Réveillez-le!!

Répondre
KDS 21 mars 2019 at 22 h 25 min

Vraiment il rêve ce vieux soyons vigilants nous peuple avec ces paroles

Répondre
Paysan 21 mars 2019 at 22 h 42 min

Et il fera tout pour abandonner les poursuites contre leady soglo

Répondre
Mariusben 21 mars 2019 at 23 h 45 min

Quelle amnistie? Des gens à qui on reproche leur gouvernance et qui refusent de se présenter devant la Justice pour s’expliquer sur leur gestion et qui préfèrent prendre la clé des champs, quelle amnistie peut-on leur accorder? Devons-nous accepter la mauvaise gouvernance et la légitimer? Tous ceux qui fuient le Bénin et qui ne veulent pas affronter le Justice de leur pays doivent revenir au pays pour expliquer au peuple leur gestion. Sinon, je déduis que le Bénin encourage la mauvaise gestion et la corruption … Et c’est le peuple qui en pâtit !

Répondre
Seko 22 mars 2019 at 7 h 58 min

Complètement d’accord avec vous. Ni amnistie pour des voleurs et des narcotrafiquants fugitifs ni retour aux anciennes lois électorales. Il est grand temps de mettre fin au désordre et à l’informel et de faire enfin avancer le pays. Evidemment, ceux qui avaient créé, promu et bénéficié de ce bordel n’y adhèreront pas facilement, mais tant pis. C’est à eux à se mettre à la cadence de la République et non l’inverse.
Que des dictateurs que nous avons vécus hier ne continuent pas d’aboyer et de vomir toutes leurs rancœurs et leur nostalgie du pouvoir d’Etat dont ils avaient si massivement abusé.Ni Soglo ni yayi n’avait jamais respecté leurs adversaires politiques. Ils n’ont pas honte et se prennent pour des donneurs de leçons. Ils devraient plutôt se cacher s’ils avaient encore un peu de dignité.

Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus