Bénin – Médiation pour sortie de crise: pourquoi Adrien Houngbédji est récusé?

La sortie de crise pour une élection législative inclusive, transparente et apaisée n’est pas pour demain. Mandaté par le chef de l’Etat lors de la dernière rencontre qu’il a eue avec la classe politique pour conduire les discussions pour une sortie de crise, Me Adrien Houngbédji vient d’être récusé par les forces de l’opposition qui estiment qu’il n’est pas qualifié pour la médiation.

Avant même que le rapport de la mission conduite par le président de l’Assemblée nationale , Me Adrien Houngbédji ne soit disponible pour ce jour et transmis au ministre chargé de la relation avec les institutions, le contenu du rapport est mis en cause par l’opposition qui disqualifie la personnalité choisie par le chef de l’Etat pour conduire les discussions avec les partis en vue de trouver des solutions de sortie de crise.

En effet, au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 14 mars 2019 par les forces de l’opposition au siège du parti Restaurer l’Espoir à Cotonou, l’opposition au pouvoir du président Patrice Talon récuse le président de l’Assemblée nationale. Pour les conférenciers, la deuxième personnalité de l’Etat est disqualifiée pour conduire la médiation entre les partis politiques. Cette récusation trouve son fondement dans le fait que l’opposition estime d’une part que le président de l’assemblée nationale étant président du parti du Renouveau démocratique ne saurait être à la fois juge et partie.

Par ailleurs les forces de l’opposition estiment que le président Adrien Houngbédji est disqualifié pour conduire la médiation en ce sens qu’il est complice du gouvernement donc ayant participé à la création de la situation de crise que traverse le pays. Pour l’opposition, celui qui a été à la base de la situation ne peut  plus venir jouer au médiateur. Pour les forces de l’opposition, Me Adrien Houngbédji est récusé, disqualifié pour conduire les pourparlers en vue d’une sortie de crise.

2 commentaires
  1. Fido dit

    Hahahah. Franchement il faut voir la réalité en face. Ces opposants là ne veulent qu’une seule chose: foutre le désordre dans le pays..! Mais c’est voué à l’échec. Leur légèreté fera qu’ils n’iront tout simplement pas aux élections législatives du 28 avril. Le processus n’est pas arrêter et il est prévu que le spécimen du bulletin unique soit remis aux partis retenus au plus tard le 19 mars. Ils n’iront pas aux élections s’ils ne se rattrapent pas et rien ne se passera.

  2. Ghys dit

    C’est clair et net. L’opposition n’a pas préparé les législatives d’avril 2018. Ils ont passé tt le temps à faire de la diversion et maintenant ils veulent semer la zizanie pour dissimuler leur impréparation et leur peur de gagner ces élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. Accepter En savoir plus