MoovInter

Bénin – crise electorale: l’opposition disqualifie Adrien Houngbedji des pourpalers

Les forces de l’opposition ont tenu ce jour jeudi 14 mars 2019, un point de presse au siège du parti « Restaurer l’Espoir » pour exiger la démission et l’arrestation des membres de la commission électorale nationale autonome (CENA) pour violation de leur serment.

La mission confiée par le chef de l’Etat pour une sortie de crise politique a du plomb dans l’aile. Les forces de l’opposition ont tenu ce jour Jeudi 14 Mars 2019, un point de presse au siège du parti Restaurer l’Espoir. Dans leur déclaration lue par le secrétaire général du parti « RE », l’honorable Guy Mitokpè, l’opposition exige des clarifications sur les différentes irrégularités constatées sur les dossiers de candidature du bloc républicain et du parti union progressiste; des irrégularités qui se présentent comme suit:

--- Publicité---

Diverses notes et observations de synthèses attestent de ce que: la procuration produite dans le dossier de M. Gnasunou Aristide ne porte mention du nom d’aucun mandataire; la procuration produite par M. Abdul Razack FEFEFE, ne porte aucune signature; la déclaration de candidature de l’Union progressiste ne mentionne pas son nom et porte la signature du dénommé Eric Sangan qui ne justifie pas d’avoir une procuration pour signer cette déclaration. Sans oublier que le logo manquant au dossier de l’Union progressiste a été introduit au dossier postérieurement. Ces différentes irrégularités et bien d’autres doivent être clarifiées par les membres de la CENA, ont martelé les conférenciers qui martèlent que le peuple béninois veut savoir la vérité.

Les forces de l’opposition exigent donc la démission et la poursuite des membres de la CENA pour violation de leur serment. Elles estiment par ailleurs que  le président Adrien Houngbédji est disqualifié pour conduire les discussions demandées par le chef de l’Etat  parcequ’il est d’une part complice de ce qui se passe aujourd’hui et d’autre part, il ne peut pas être juge et partie. Elles exigent que la médiation soit conduite par des médiateurs de la CEDEAO pour que l’organisation des élections soit effectivement inclusive et crédible.

--- Publicité---

3 commentaires
  1. Fortune dit

    Pourquoi ne pas demander que le Représentant des Nation- Unies vienne gouverner au Bénin. Tellement vous n’avez confiance à aucune des institutions qui gèrent le pays. Bon Dieu! allez revoir vos copies. Nous savons depuis longtemps que vous n’avez ni moyens financiers ni les 83 candidats pour vous présenter aux prochaines élections législatives.
    Si on se trompe, prouvez nous le contraire. Honte à vous.

    1. Paul dit

      les gens ont appris à trop se moquer du peuple. Ils profitent de son manque d’instruction et de maturité. On peut supporter le pouvoir tout en supportant ce qui est juste.
      Nous savons qu’ils tous voyous, et si aujourd’hui certains pensent que parce qu’ils sont aux affaires, ils doivent exclure d’autres qu’ils estiment plus voyous qu’eux, ce n’est pas normal. Ce droit ne revient pas aux mouvanciers.
      On sait tous comment on paie l’impôt dans ce pays et si tu dois être droit tu ne peux faire long feu.
      C’est juste triste. Toutes ces sociétés qui ferment à cause de la pression fiscale et on veut classer les voyous.
      J’espère que les béninois seront toujours idiots, pour faire confiance à leurs leaders au lieu de prendre leurs responsabilités

  2. Lucien KAKPOVI dit

    Patientez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus