gaetane

Algérie: Abdelaziz Bouteflika est de « l’histoire » ancienne

Hocine Kheldoun, haut responsable du parti algérien du FLN, a déclaré jeudi 14 mars soir, que le président Abdelaziz Bouteflika était une «histoire maintenant», avec des signes de plus en plus nombreux indiquant que le parti au pouvoir abandonnait son dirigeant de longue date.

Les propos de Kheldoun à la télévision Ennahar ont été un autre revers majeur pour le président Bouteflika, qui espérait pacifier les Algériens en promettant de prendre des mesures pour changer le paysage politique dominé par le président et l’élite dirigeante pendant des décennies. Bouteflika a annulé sa décision de briguer un autre mandat après de nombreuses manifestations contre son pouvoir.

Il a perdu des alliés rapidement ces derniers jours depuis son retour d’un traitement médical en Suisse. Kheldoun, ancien porte-parole du parti au pouvoir, est devenu l’un des plus hauts responsables du FLN à rompre publiquement avec Bouteflika. Il a ajouté que le parti devait regarder en avant et soutenir les objectifs des manifestants qui se mobilisent contre Bouteflika.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Algérie: le Canada appelle Bouteflika à « fixer sans délai une nouvelle date pour les élections »[/su_heading]

Des dizaines de milliers d’Algériens ont organisé des manifestations pendant des semaines pour réclamer une nouvelle ère avec des dirigeants plus jeunes qui offriraient une plus grande liberté sociale et une plus grande prospérité. Bouteflika, 82 ans, a rarement été vu en public depuis son accident vasculaire cérébral en 2013, et les manifestants affirment qu’il n’est plus en état de gouverner. Ils sont descendus dans les rues après que Bouteflika, au pouvoir depuis 20 ans, ait annoncé qu’il se présenterait de nouveau, l’obligeant à revenir sur sa décision cette semaine. Un ancien ministre qui connaît bien le cercle restreint de Bouteflika a déclaré à Reuters que le président ne pourrait pas rester en poste, compte tenu des pressions croissantes exercées sur lui par des Algériens de toutes les classes sociales. « Jeu terminé. Bouteflika n’a d’autre choix que de démissionner maintenant », a déclaré l’ancien ministre sous couvert d’anonymat.

Un gouvernement rajeuni

Après les prières, d’autres manifestations de masse sont attendues vendredi en début d’après-midi. De nombreux Algériens affirment que le président en difficulté et les autres vétérans de la guerre d’indépendance de 1954-1962 contre la France devraient céder le pouvoir à de jeunes technocrates capables de lutter contre le chômage, les services médiocres et l’éradication de la corruption. Bien que Bouteflika nomme un nouveau Premier ministre, il s’est abstenu de démissionner immédiatement. Il a l’intention de rester au pouvoir en attendant une conférence nationale sur le changement politique et une nouvelle constitution.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Algérie: le prochain gouvernement sera composé de jeunes et de femmes[/su_heading]

Mais sa position devient de plus en plus délicate, car il a perdu un allié après l’autre, notamment des personnalités du FLN, qui domine la vie politique algérienne depuis la fin de la guerre d’indépendance contre la France en 1962. Le nouveau premier ministre de l’Algérie a promis la formation d’un nouveau gouvernement dans les prochains jours, avec des technocrates, des jeunes et des femmes en son sein.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus