4e Raffut – SSPH-OCPSP : les enfants handicapés plaident pour leur inclusion sociale

Le Bénin à l’instar du monde a célébré le mercredi 13 mars 2019, le Raffut. Quatre communes notmment Bantè, Semè Kpodji, Cotonou , Bohicon (point focal) ont abrité l’événement. Au total près de 10.000 enfants béninois ont été mobilisés pour cette cause. Elle consiste à attirer l’attention des autorités à divers niveaux sur l’inclusion sociale des enfants handicapés.

Le Service des sœurs pour la promotion humaine (SSPH-OCPSP) en collaboration avec ses Organisations partenaires, avec l’appui de la Fondation Liliane en est la structure pilote au Benin.

Le Raffut (intitulé, tirons la sonnette d’alarme) est une initiative hollandaise qui a consisté à faire du vacarme à 12 heures de façon simultanée dans le monde et une minute durant avec : gongs, castagnettes, tambourins … Le Bénin n’est pas resté en marge de cet événement qui a été manifeste dans quatre communes en présence des autorités et autres. Sous le thème « Accessibilité des enfants handicapés dans les écoles. », à chacune des étapes, on eut droit aux messages de plaidoirie de ces enfants. » Le droit à l’éducation des enfants handicapés est un droit reconnu par tous les instruments internationaux que notre pays le Bénin a signés et ratifiés… », a introduit dans son message aux autorités, Marie Donou (handicapée visuelle de l’Institut des aveugles d’Abomey), représentante des enfants handicapés.  » Nous avons le sentiment d’avoir été exclus des projets de développement de notre pays à cause de notre handicap. « , a-t-elle souligné. Elle a par la suite invité les autorités à divers niveaux à militer pour l’inclusion sociale des enfants handicapés.

La ville de Bohicon a abrité les manifestations officielles pour l’édition 2019. Le maire Luc Attrokpo, président de l’Association nationale des communes du Bénin (ANCB), empêché en raison d’un voyage de dernière minute a été représenté par son deuxième adjoint. C’est donc ce dernier qui a reçu pour lui,l’invitation des enfants à être l’ambassadeur de cette cause auprès des autres maires. Après avoir présenté les excuses du maire Attrokpo, Isidore Agnoun-Basso a dit avoir bien reçu le plaidoyer et la loi portant protection et promotion des droits des personnes handicapées au Bénin. « Je rendrai fidèlement compte de ce que j’ai vécu, de ce que j’ai vu, de ce que j’ai eu ce midi sur cette place ( des spectacles à Honminho Ndlr). », a-t-il précisé, tout en remerciant le gouvernement et l’Église catholique pour tout ce qui est fait pour les enfants en général et ceux porteurs de handicap en particulier.  » Nous prenons l’engagement aujourd’hui de faire mieux, pour que l’éducation inclusive soit une réalité. Plus d’écoles des personnes porteuses de handicap à part, plus d’école des enfants normaux à part… », a-t-il conclu.

Pour Blaise Agossa , directeur de l’enseignement primaire, représentant du ministre de l’Enseignement maternel et primaire, la minute de bruit ne sera pas seulement un bruit sonore. Ce bruit touchera aussi à l’en croire les cœurs, changera les habitudes et les paradigmes pour faire bouger considérablement les lignes. Il nous fera progresser sur le chemin de l’éducation inclusive de la prise en charge des enfants handicapés, des enfants à besoin spécifique… », a-t-il lancé.Yero Bani Boubacal , directeur des personnes handicapées et de troisième âge au ministère des Affaires sociales et de la microfinance a insisté sur l’éducation de ces enfants. « L’objectif, c’est de faire en sorte que chaque enfant handicapé puisse aller dans l’école de sa zone, qu’on ne soit pas obligé de le cacher derrière la maison, parce que l’école du quartier n’est pas en mesure de l’accepter ».

Quant à Gérôme Boko, directeur de la Caritas diocésaine d’Abomey, il a transmis la satisfaction et le soutien indéfectible de l’évêque d’Abomey (Monseigneur Eugene Cyrille Houndékon). Citant le pape Benoît XVI, « L’église ne peut jamais se passer de l’exercice de la charité en tant qu’activité organisée des croyants…. », a-t-il rappelé, en remerciant tous ceux qui ont été disponibles pour la réussite de cette activité.Enfin, la directrice exécutive du SSPH-OCPSP a fait savoir à tous que la réussite de l’inclusion sociale et l’assistance aux plus nécessiteux est une affaire de tous. Chaque béninois devrait porter le flambeau de cette solidarité. C’est la raison du lancement de l’opération « 25 FCFA mensuels » qui a déjà permis de porter secours à deux cas extrêmes à Bassila et Azovè.

En prélude à cette action sociale, un match de Handibasket avait opposé deux équipes pro le samedi 9 mars 2019 à HECM, devant plus de 2000 enfants mobilisés grâce au chef de région pédagogique à Bohicon et aux directeurs d’école. En toile de fond, la « sensibilisation sur l’éducation inclusive via le Sport ».En somme le pari de la mobilisation et de l’organisation du Raffut 2019 a été une réussite. Cependant, les enfants handicapés restent dans l’attente des retombées de ce pladoyer avant la prochaine édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. Accepter En savoir plus