Accueil » Sénégal-Présidentielle: Abdoulaye Wade appelle le peuple à s’opposer au scrutin(vidéo)
Politique

Sénégal-Présidentielle: Abdoulaye Wade appelle le peuple à s’opposer au scrutin(vidéo)

Ph: Abdoulaye Wade-RFI

Dans une vidéo, l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, a appelé le peuple sénégalais à s’opposer pacifiquement à la tenue d’une présidentielle « verrouillée », destinée selon lui à reconduire son successeur, Macky Sall. Il a également évoqué son retour au Sénégal, annoncé pour le jeudi 7 février.

En prélude à son retour au bercail, l’ex-chef de l’Etat Sénégalais Abdoulaye Wade, depuis son domicile à Versailles en France, a clarifié sa position par rapport à la présidentielle du 24 février 2019. Dans sa déclaration, le fondateur du Parti Démocratique Sénégalais(Pds) s’est attardé à fustiger le président en exercice au Sénégal Macky Sall, et sa gestion gouvernementale. L’autre point saillant de son intervention, est que le vétéran sénégalais de 92 ans, n’a donné aucune consigne de vote aux Sénégalais en vue du scrutin du 24 février, excepté son appelle à ce que la présidentielle n’ait pas lieu.

« Soyons clairs, Macky Sall a créé de graves dangers de déstabilisation du Sénégal dans la violence. Cette élection, dont les concurrents les plus dangereux ont été d’abord ignominieusement éliminés, ne peut pas être appelée élection. Et nous ne l’accepterons pas », prévient l’ex-président sénégalais de 92 ans dans cette vidéo diffusée trois jours après le début de la campagne officielle.

Abdoulaye Wade entend mettre en place un « programme d’actions » avant, pendant et après l’élection. « Je précise que son objectif, c’est de faire en sorte qu’il n’y ait pas de scrutin fondé sur de tels principes de violation des règles les plus élémentaires de la démocratie. Je précise que notre action sera pacifique, mais qu’il soit bien entendu que nous exercerons pleinement nos droits sans aucune concession », avertit l’ex-chef de l’Etat sénégalais.

Il a par ailleurs demandé au président de reporter le scrutin, et ce afin de pouvoir « discuter » avec l’opposition.

A Lire Aussi

Ouganda: la police disperse les partisans de Bobi Wine, candidat à la présidentielle

Modeste Dossou

Mali: le nouveau premier ministre est enfin connu

Modeste Dossou

Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo fait mal à Man, l’euphorie à son comble

Modeste Dossou

France: Emmanuel Macron et sa « clique » de plus en plus mal aimés des français (Sondage)

Modeste Dossou

Russie – Ukraine: le comédien Volodymyr Zelenskiy, prochain interlocuteur de Vladimir Poutine

Modeste Dossou

Soudan : la tension monte alors que les pourparlers avec le conseil militaire sont suspendus

Modeste Dossou

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." Accepter En Savoir Plus