Palestine: par amour pour son pays, il refuse 100 millions de dollars d’Israël pour vendre sa maison

Un habitant de la ville de Hébron en Cisjordanie, Abdul Raouf Al-Mohtaseb, a rejeté une offre israélienne, d’une valeur de 100 millions de dollars, pour la cession de sa maison et son magasin, situés dans le centre du vieux quartier d’Al-Sahla, à Hébron, a rapporté Arabi 21.

Al-Mohtaseb a rejeté toutes les précédentes offres israéliennes qui lui avaient été faites pour sa maison et son magasin, qui donnent sur la mosquée Ibrahimi au centre de la vieille ville de Hébron. «J’ai rejeté 100 millions de dollars», a déclaré Al-Mohtaseb, ajoutant: «Je vais rejeter tout l’argent sur la planète. Je ne trahirai ni ma terre ni mon peuple. L’argent va bien, mais seulement quand il est propre. “ S’adressant à la chaîne de télévision Al-Mayadeen , Al-Mohtaseb a déclaré que, les offres avaient démarré à 6 millions de dollars, avant de passer à 40 millions de dollars pour atteindre 100 millions de dollars. Il a toutefois souligné qu’il ne changerait pas de position, mais qu’il resterait gardien de la mosquée Ibrahimi.

Les colons israéliens installés dans la ville, a-t-il dit, avaient suggéré, qu’ils pourraient lui faciliter son voyage en Australie ou au Canada, pour y vivre une nouvelle vie, et fonder de nouvelles entreprises, mais il a également rejeté cette offre. Il a indiqué qu’un colon nommé Boaz l’avait déjà rencontré et lui avait offert 30 millions de dollars pour sa maison. Il a dit qu’il avait emmené Boaz chez lui, et avait pointé les briques en lui demandant: “Pour quelle brique paieriez-vous les 30 millions de dollars?”, Boaz a répondu: “Je veux acheter toute la maison.” Al-Mohtaseb a répondu: « les 30 millions de dollars ne suffisent pas, même pour une brique »

«  nous vivons dans une vraie prison »

Al-Mohtaseb a souligné que, plus les colons élèvent leur offre pour sa maison, plus son amour pour la terre monte, notant qu’il a 20 petits-enfants qui, il l’espère, passeront leur vie à Hébron. «J’ai passé mon enfance ici, mais mes petits-enfants en sont privés», a-t-il déploré. Dans une autre interview, Al-Mohtaseb a également expliqué la souffrance des Palestiniens à Hébron, en raison de l’occupation israélienne: «Une fois, je suis allé en Jordanie, mais je me suis senti très mal le lendemain, et j’ai interrompu mon voyage (de courte durée) et je suis rentré à Hébron », a-t-il déclaré, soulignant que: «  nous vivons dans une vraie prison ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.