gaetane

Le Venezuela ferme sa frontière avec le Brésil sur fond de crise

Le président Nicolas Maduro  a ordonné la fermeture de la frontière entre le Venezuela et le Brésil  « jusqu’à nouvel ordre », dans un affrontement tendu avec le leader de l’opposition Juan Guaido , soutenue par les Etats-Unis,  pour autoriser  l’entrée de l’aide humanitaire au Venezuela.

La frontière avec le Brésil sera « complètement et absolument » fermée à partir de 20h00 (00h00 GMT), a déclaré Maduro dans un discours télévisé jeudi. Le dirigeant aux prises avec la crise a indiqué qu’il envisageait également une « fermeture totale de la frontière colombienne », où il a déjà ordonné à l’armée de barricader un important pont frontalier afin d’empêcher toute aide de pénétrer dans le pays depuis la ville frontalière de Cucuta, où les aides humanitaires sont retenues et stockés, la plupart d’entre elles venant des États-Unis . Qualifiant cette aide de « provocation » et de « jeu d’enfant », Maduro a laissé entendre qu’il s’agissait d’un signe avant coureur d’une intervention militaire américaine dans le pays d’Amérique latine, riche en pétrole mais économiquement faible. « Les États-Unis voulaient créer un énorme désordre national, mais ils n’ont pas réussi. Le pays veut la paix », a-t-il déclaré, entouré de membres de l’armée.

Le Venezuela a déjà fermé sa frontière maritime avec les îles des Caraïbes néerlandaises d’Aruba, Curaçao et Bonaire, après que le gouvernement de Curaçao (Colombie) a annoncé qu’il aiderait à stocker l’aide. Dans un décret, l’armée vénézuélienne a également annoncé qu’elle interdisait aux navires de quitter les ports vénézuéliens jusqu’à dimanche pour éviter des actions de groupes « criminels ». Malgré l’annonce de Maduro, le gouvernement brésilien a annoncé qu’il procéderait au transport aérien de l’aide et au stockage de  denrées non périssables et de médicaments dans la ville frontalière de Pacaraima.  Hamilton Mourao, vice-président du Brésil, a déclaré que les autorités brésiliennes ne « franchiraient pas la frontière ». « Nous pouvons placer des fournitures à la frontière et si les Vénézuéliens le souhaitent, ils peuvent venir le chercher », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus